Español English French Kwéyol

Haiti-Présidentielle : Wyclef Jean sur le point de faire appel du rejet de sa candidature

P-au-P, 23 Aout 2010[AlterPresse]---Wyclef Jean, absent de la liste définitive des candidats à l’élection présidentielle du 28 novembre, va faire appel de la décision du Conseil électoral provisoire (CEP) de l’écarter de la course à la présidence.

Les avocats de la star internationale du Hip Hop annoncent des explications pour le 24 aout autour de la contestation qu’ils auront à produire, apprend l’agence en ligne AlterPresse.

Cette nouvelle initiative des conseillers juridiques de Wyclef Jean confirme l’information publiée sur le site Twitter de l’artiste quelques heures après l’éviction du chanteur.

Wyclef Jean a en effet annoncé sur ce site qu’il allait exercer un recours contre le Cep suite au rejet de son dossier de candidature.

« Nous avons réuni tous les critères fixés par les lois pour prendre part au scrutin », a écrit Wyclef Jean sur le site Twitter tout en réclamant « le respect de la loi ».

Peu après la publication dans la soirée du 20 aout dernier de la liste définitive des candidats à la présidence, Wyclef Jean avait accepté la décision finale du Cep avant de revenir quelques heures plus tard sur sa position.

En se ravisant, Wyclef Jean a déclaré dans une interview accordée à Associated Press (AP) que la décision du Cep de le rejeter est plutôt « politique », estimant corrects les documents présentés lors de son inscription à la direction des opérations électorales.

Une autre contestation est en vue. C’est celle annoncée dans les médias de la capitale par l’entourage de la candidate à la présidence Claire Lydie Parent.

La mairesse de Pétion-Ville qui s’est inscrite au Cep sous la bannière du parti « Konbit pou sove Ayiti » ( Combite pour sauver Haiti) est elle aussi mise à l’écart de la course présidentielle.

19 candidats à la présidence, parmi les trente quatre inscrits au Cep, sont autorisés à prendre part à l’élection présidentielle du 28 novembre 2010.

Des partis et regroupements de l’opposition ainsi que des organisations de la société civile expriment toujours leur désaccord avec les conseillers électoraux dont ils réclament la démission. [cer gp apr 23/08/10 13:20]