Haïti-Unfpa : Dénombrer la population pour définir sa nouvelle répartition après le séisme

P-au-P, 16 juillet 2010 [AlterPresse] --- Un dénombrement de la population qui permettrait de définir sa nouvelle répartition après le séisme et ses conséquences migratoires, est la première priorité du Fonds des nations unies pour la population (Unfpa), selon son directeur en Haïti, Igor Bosc.

L’Unfpa a révélé ses priorités lors de la commémoration de la journée mondiale de la population, organisée le 14 juillet en collaboration avec l’association nationale des spécialistes en population et développement (Anaspod).

L’organisation onusienne souhaite également mettre l’accent sur la planification familiale. Le taux de fertilité est de 4 enfants par femmes, alors que le taux souhaité est de 3 enfants, a fait savoir Igor Bosc.

« Seul ¼ de la population utilise des moyens de contraception. Il y a donc une brèche importante qui peut être comblée avec une politique intégrée de planification familiale. Si dans trois ans l’Unfpa n’est pas capable de colmater cette brèche, je me sentirais personnellement responsable de cet échec », a t-il déclaré.

L’autre priorité est la jeunesse. L’Unfpa entend créer un prix qui récompensera le travail de plaidoyer pour les jeunes dans le domaine de la population réalisé par une organisation ou une personnalité.

« Il faut capitaliser sur la créativité des jeunes pour leur permettre de penser l’avenir. Il faut leur donner des moyens de vision d’avenir et de s’organiser socialement et politiquement », a soulevé Bosc.

La journée mondiale de la population (11 juillet) est célébrée cette année sous le thème « Tout le monde compte ».

Selon Igor Bosc ce thème signifie dans le contexte haïtien qu’ « il faut que tout le monde participe dans la vision de reconstruction », une vision qui « ne doit pas seulement être le fait de réunions entre le gouvernement et les organisations internationales ».

Bosc a plaidé pour l’intégration notamment des jeunes et des femmes. Il a par ailleurs proposé de repenser la politique publique de la population en Haïti et de mettre en place un plan d’aménagement du territoire.

Haïti compte actuellement 10 millions d’habitants, d’après les projections faites par l’Institut national de statistique et d’informatique (Ihsi). Un recensement de la population et de l’habitat, le 5e de toute l’histoire, est prévu pour 2013.

« Le pays est en passe de devenir majoritairement urbain et plus du ¼ de la population habite autour de la capitale. D’une certaine manière le séisme a précipité l’urbanisation…Les ressources sont limitées dans un espace urbain atrophié qui limite sévèrement et augmente les coûts de provisions de la jouissance des services publiques », a souligné Bosc.

Intervenant lors de la journée de commémoration, le conseiller principal de l’Unfpa, Gabriel Bidegain, a mis en évidence le gouffre entre la réalité et le rêve de déconcentration de Port-au-Prince caressé par le gouvernement.
Selon son analyse, le séisme a fait le travail de déconcentration, mais « les pratiques sociales ont fait revenir les déplacés ».

Les perspectives sont assez sombres, selon lui. L’Ihsi prévoit 11 millions d’habitant en 2015, dont 4 millions dans la capitale. En même temps la natalité et la fécondité vont augmenter ainsi que la mortalité infantile et maternelle. La fuite des cerveaux et la migration vers les villes risquent également de s’accélérer. [kft gp apr 16/07/2010 06:00]