Haïti-Séisme : Le secrétaire géneral des Nations Unies en visite d’évaluation, 2 mois après

P-au-P, 14 mars 2010 [AlterPresse] --- Le secrétaire général de l’organisation des Nations Unies (Onu), le sudcoréen Ban Ki Moon, est attendu, ce dimanche 14 mars 2010 dans la capitale Port-au-Prince, pour sa deuxième visite d’évaluation de la situation post-séisme, deux mois après la catastrophe qui a fait plus de 220 mille morts en Haïti, selon les informations obtenues par l’agence en ligne AlterPresse.

L’agenda de cette visite-éclair de Ban Ki Moon, d’environ 4 heures à Port-au-Prince, comprend des échanges avec le président René Garcia Préval et son premier ministre Joseph Jean Max Bellerive, des discussions avec les dirigeants de la Mission des Nations Unies de stabilisation en Haïti (Minustah) et de l’équipe de pays de l’Onu, indique le site internet de l’organisation des Nations Unies.

Ban Ki Moon, dont l’avion doit atterrir à l’aéroport international vers 14:00 locales (18:00 gmt), aura également à toucher du doigt les réalités des personnes déplacées en visitant un camp spécifique.

Avant de laisser le pays vers 18:00 locales (22:00 gmt), il tiendra une conférence de presse conjointement avec René Préval au siège de la Minustah.

Cette seconde visite post-séisme de Ban Ki Moon a lieu, quelques jours avant la tenue des rencontres de planification d’actions envisagées de reconstruction nationale, respectivement les 17 mars à Santo Domingo et 31 mars à New York.

Au 11 mars 2010, seulement 49 %, soit 703 millions, sur le 1,4 billion de dollars d’aide humanitaire, sollicitée par l’Onu dans un appel post-séisme du 12 janvier, a trouvé réponse auprès de bailleurs de fonds internationaux.

Du 13 janvier à date, seulement 56% (environ 650,000 personnes) des 1,3 million de personnes déplacées, nécessitant un abri, ont reçu une aide d’urgence, souligne le bureau des Nations Unies pour la coordination des affaires humanitaires (Ocha).

Dans l’intervalle, le gouvernement haïtien compte lancer prochainement un programme dénommé « nourriture ou argent contre travail », visant à permettre à la population de « se procurer de quoi se nourrir par ses propres moyens », parallèlement à la deuxième phase de distribution d’aide aux milliers de sans abris du tremblement de terre du 12 janvier 2010.

Devant s’étendre sur tout le territoire national, ce programme comprend diverses activités se rapportant, entre autres, à la protection des bassins versants, des littoraux des rivières ou à la réhabilitation des infrastructures agricoles, précise un communiqué du bureau du premier ministre parvenu à AlterPresse. [rc apr 14/03/2010 13 :00]