Haïti-Culture : Le carnaval 2010, entre tradition et innovations

P-au-P, 12 janvier 2010 [AlterPresse] --- Placé sous le thème « tradisyon m se pa m », le carnaval 2010 dans la capitale haïtienne, dont le coup d’envoi a été donné le dimanche 10 janvier 2010, devrait rompre avec les manifestations des années précédentes en associant des nouveautés aux traditions.

Tel est le voeu formé par les organisateurs, dont le ministère de la culture et de la communication (Mcc) et la municipalité de Port-au-Prince, selon les informations recueillies par l’agence en ligne AlterPresse dans la conférence de presse de lancement des festivités le 11 janvier.

En plus de renouer avec les traditions nationales (masques, déguisements, expositions), des innovations seront apportées dans le calendrier et dans les normes de déroulement des défilés.

Au lieu du dimanche 14 février, la cérémonie d’ouverture des festivités aura lieu plutôt le samedi 13 février 2010 avec un défilé special devant aboutir devant le palais municipal de Port-au-Prince.

Question non seulement de donner une meilleure visibilité au carnaval de la capitale, mais aussi de marquer le retour des festivités dans l’aire du bicentenaire (grande place publique au bord de mer), espace “qui sera (à l’occasion) nettoyé et rehabilité à partir d’un projet soumis au gouvernement du premier ministre Joseph Jean Max Bellerive”, annonce le maire principal de Port-au-Prince, Muscadin Jean Yves Jason.

Pour mettre un terme à la guerre des décibels entre disc jockeys (Dj) au Champ de Mars (principale place publique de la capitale, à proximité du palais présidentiel), les propriétaires de stands devront signer un formulaire et payer une caution de 5,000.00 dollars américains (US $ 1.00 = 42.50 gourdes ; 1 euro = 65.00 gourdes) pour être autorisés à héberger un Dj.

Des sanctions sont prévues pour les Dj qui ne respecteront pas un certain niveau sonore (niveau non encore fixé) dans leurs prestations.

“L’idéal serait (d’avoir ) un carnaval sans Dj”, relève Prince Guetchens, coordonnateur du bureau permanent du carnaval, établi à la municipalité de Port-au-Prince.

De même, en 2010 (du samedi 13 au mardi 16 février), durant les désormais 4 jours gras, le parcours du carnaval dans la capitale sera transformé en une carte des différents départements géographiques d’Haïti. Un concours sera lancé pour déterminer « la représentation départementale » la plus belle et ayant attiré le plus grand nombre de personnes pendant le défilé.

Les reines et les rois seront sélectionnés dans les dix departments géographiques du pays. Chaque département géographique est ainsi appelé à désigner une reine, un roi et deux suivantes, qui le représenteront au carnaval de la capitale.

Port-au-Prince sera elle aussi représentée par le même nombre de rois et de reines.

De plus, un protocole sera signé entre le Mcc et le ministère à la condition feminine et aux droits des femmes (Mcfdf) sur le respect du corps de la femme dans le carnaval.

Des barrages seront placés sur le site du défilé pour contrôler le flux de personnes circulant dans le parcours.

Autre nouveauté, la ministre de la culture, Marie Laurence Jocelyn Lassègue, souhaite une marée de “chapo pay” (chapeaux faits de latanier) au Champ de Mars. Le port du “chapo pay” devra alors servir de ciment et de marque identitaire pour les participantes et les participants.

Le lancement officiel du carnal 2010, le 11 janvier, a été donné par le ministère de la culture et de la communication et la mairie de Port-au-Prince, conformément au calendrier traditionnel qui fixe le début des festivités précarnavalesques après le jour de la fête “Les Rois” (Epiphanie, le 6 janvier) dans l’église catholique romaine, souligne Marie Laurence Jocelyn Lassègue.

Un protocole d’accord, liant le Mcc et la mairie de la capitale, a été signé à l’occasion.

La ministre Jocelyn Lassègue a aussi remis officiellement au maire Jason un chèque de 19 millions de gourdes pour les festivities précarnavalesques, première partie d’un montant de 40 millions de gourdes que compte décaisser le ministère de la culture pour l’organisation du carnaval 2010 dans la municipalité de Port-au-Prince.

L’une des priorités en 2010 concerne la gestion des fonds alloués à l’organisation des festivités carnavalesques, d’un budget de 115 millions de gourdes pour l’ensemble du pays.

“Aucun acte de corruption ne sera toléré”, indiquent les organisateurs des festivités dans la capitale.

Cependant, rien n’a été dit sur les parcours empruntés (sans planification préalable avec les autorités municipales et la police nationale, presque dans une véritable pagaille) par les bandes à pied et les chars musicaux durant tous les dimanches des festivités précarnavalesques, comme constaté le premier dimanche précarnaval du 11 janvier 2010.

La municipalité de la capitale a seulement félicité les festivaliers de l’absence d’incident regrettable (ni mort, ni blessé) enregistré le 11 janvier 2010 dans la capitale. [kft rcapr 12/01/2010 0:00]