Español English French Kwéyol

Haiti : Augmenter l’offre alimentaire

P-au-P., 10 déc. 09 [AlterPresse] --- Le ministère de l’agriculture entend œuvrer à l’augmentation de l’offre alimentaire et à l’accessibilité aux produits alimentaires à travers le pays, selon le ministre de l’agriculture, Joanas Gué.

Pour y arriver des efforts sont déployés et concentrés principalement dans la réhabilitation des systèmes d’irrigations des « zones de productions », qui sont « des zones de fort potentiel agricole et de faible niveau de vulnérabilité environnementale », indique le titulaire lors d’une conférence de presse le 8 décembre, à laquelle a assisté l’agence en ligne AlterPresse.

Ces régions sont le Bas Plateau central (Centre d’Haïti), l’Artibonite (Nord), la Plaine de Torbeck (Sud) et le département du Nord-Est.

Dans le Nord-Est, de vastes projets de réhabilitation sont déjà en cours et permettront la revalorisation de 2500 hectares sur 17 000 pouvant être irrigués.

« L’un des avantages qu’offre ce département (le Nord-Est), c’est justement sa proximité avec la République Dominicaine », souligne le ministre Gué.

Le ministère de l’agriculture prévoit de renforcer la culture de bananes. Une somme de 50 000 dollars sera investie dans le secteur sur une période de trois ans. Cela permettra de créer 50 000 emplois permanents et de mettre en valeur 10 000 hectares, anticipe Joanas Gué.

Un autre projet concerne l’éligibilité d’Haïti à un fonds de 20 milliards de dollars américains, créé à l’issue de la rencontre du G8 en novembre dernier sur la sécurité alimentaire. Cette question a été débattue lors du sommet de la Fao sur la sécurité alimentaire, auquel le ministre haïtien de l’agriculture a participé.

Le Marndr prépare un document adressant les besoins du pays en terme de sécurité alimentaire, en vue d’un financement de 500 millions de dollars.

La situation alimentaire s’est améliorée cette année, d’après les chiffres de la coordination nationale pour la sécurité alimentaire, le nombre de personnes en situation d’insécurité alimentaire se situant autour de 1 million contre 3 millions en 2008. L’offre alimentaire a lui aussi augmenté de 25%.

Néanmoins, les planteurs continuent de faire face à de nombreux défis, notamment l’accès aux intrants chimiques, qui a conduit à des frictions dans l’Artibonite au mois de novembre 2009.

Joanas Gué a toutefois tenu à préciser qu’il n’y a aucun problème d’engrais.

« Il y a une grande disponibilité d’engrais dans l’Artibonite », soutient-il.

Le prix du sac d’engrais est fixé à 500 gourdes. [kft gp apr 10/12/2009 10:00]