Haïti-Rép. Dominicaine : Protestations véhémentes contre les déclarations de Fernandez sur la politique intérieure nationale

P-au-P, 4 déc. 09 [AlterPresse] --- De nombreuses voix commencent à s’élever contre les récentes déclarations du président dominicain Leonel Fernandez Reyna sur l’orientation de la politique intérieure d’Haïti comme Etat souverain, suivant les informations rassemblées par l’agence en ligne AlterPresse.

Le maintien ou le départ de la Mission des Nations Unies de stabilisation en Haïti (Minustah) ne dépend que des Haïtiens, considère le président de la commission nationale de désarmement, démobilisation et réinsertion (Cnddr) jugeant “osées” les déclarations de Fernandez.

Tout en flairant un “projet de domination” du pays, appuyé par les autorités du territoire voisin, différents organismes de promotion de droits humains qualifient d’ “ingérence” les propos du président dominicain.

Pour prévenir ce type d’ “ingérence”, des décisions urgentes, favorisant l’amélioration du sort des Haïtiennes et des Haïtiens, doivent être prises, suggère un parlementaire haïtien.

De leur côté, des étudiants de l’université d’Etat d’Haïti (Ueh) continuent d’affirmer leur hostilité à la présence de la Minustah dans le pays.

Les déclarations de Fernandez n’engagent que lui-même, indique, au quotidien “le Matin”, Sophie Boutaud de la Combe, porte-parole de la Minustah.

La prorogation du mandat de la Minustah n’est pas décidée automatiquement chaque année, mais dépend du souhait des Nations Unies et d’Haïti, ajoute la porte-parole de la Minustah. [kft rc apr 04/12/2009 11:30]