Haïti : Quatre femmes et un homme honorés pour leur apport à la santé des femmes haïtiennes

P-au-P, 22 octobre 09 [AlterPresse] --- Le Ministère à la condition féminine et aux droits des femmes (Mcfdf) a honoré le 22 octobre le travail de cinq personnalités haïtiennes œuvrant dans le domaine de la santé des femmes.

Lors d’une cérémonie au local du Mcfdf, la ministre à la condition féminine Marie Laurence Jocelyn Lassègue et plusieurs anciennes titulaires de ce ministère ont remis des plaques d’honneur à Rose Anne Auguste, Lauré Adrien, Gerty Suréna, Elsie Chalumeau, Eva T. Michel pour leur contribution à l’amélioration de l’accès à la santé des femmes haïtiennes.

Rose Anne Auguste, conseillère technique de l’Association pour la promotion de la sante intégrale de la famille (Aprosifa) se déclare enchantée de voir comment le Mcfdf arrive à réunir des personnalités qui se ressemblent.

Créée il y a 16 ans, L’Aprosifa accompagne les femmes notamment dans le dépistage du Vih Sida et le planning familial.

La reconnaissance, mais également le partage est ce qui semble animer les personnalités honorées, comme l’a souligné Gerty Surena dans son intervention.

Victime d’un cancer du sein en 1997, elle consacrera son temps après sa guérison au support des personnes atteintes par le cancer à travers le Groupe de support contre le cancer (Gscc).

Gerty Surena confie que, pour vaincre la maladie, elle a beaucoup été aidée par la docteure Elsie Chalumeau, elle-même aussi honorée.

Chalumeau est actuellement cheffe de service a.i. de l’unité d’hématologie et d’oncologie au service de médecine interne de l’hôpital de l’université d’État d’Haïti (Ueh). Elle souligne que « le problème du cancer chez la femme est une question de santé publique ».

« Une clinique d’oncologie est un endroit fréquenté à presque 98% par des femmes, dont 90% des cas concernent un cancer du sein » ajoute-t-elle.

L’autre femme distinguée par le Mcfdf est la docteure Eva Michel, médecin de service à la clinique de la Solidarité des Femmes Haitiennes (Sofa), où elle s’occupe de la prise en charge des femmes enceintes et du dépistage précoce des cancers du sein et du col de l’utérus.

Le « combat quotidien » du docteur Lauré Michel, obstétricien-gynécologue, a été également salué par le Mcfdf. Michel a réussi a transformé la Société haïtienne d’obstétrique et de gynécologie (Shog – association professionnelle) en un espace de réflexion sur l’aide communautaire.

Le Mcfdf propose ces cinq professionnels de la santé comme des « modèles pour les générations futures ».

Selon le Mcfdf, ces cinq personnalités ont « aidé à faire comprendre que la mortalité maternelle n’est pas une question privée mais un problème de santé publique, qui nécessite des mesures de redressement mais surtout des réponses concrètes ».

La population féminine est estimée à 54,2% en Haïti. La mortalité maternelle demeure très élevée. Son taux est de 680 décès pour mille naissances.

La ministre Lassègue en déduit que malgré le travail remarquable des cinq honorés, « il reste beaucoup à faire ». [kft gp apr 23/10/2009 07:00]