Santé : Espoir et Scepticisme à l’ouverture de la 10eme conférence sur le vaccin anti-Sida à Paris

Par Roosevelt Jean-François

Paris, 20 oct. 09 [AlterPresse] --- La conférence sur le vaccin anti-sida, débutée le 19 octobre à Paris, se déroule dans une ambiance mêlée d’espoir et de sceptimisme vu l’impact de la crise économique globale sur le financement du secteur social et du VIH/SIDA en particulier.

“Nous avons besoin d’un vaccin beaucoup plus aujourd’hui que jamais pour accroitre la prévention contre le SIDA”, déclare le Dr Peter Piotr, ancien directeur de l’ONUSIDA qui participait le 19 octobre à une rencontre avec la presse à l’occasion du lancement de la conférence international sur le vaccin anti-Sida organisée par l’Agence Nationale sur le SIDA et les hepatitis virales (ANRS).

Des efforts ont été consentis pour le traitement et des résultats commencent à être enregistrés. Il faut continuer à garder le momentum, a poursuivi le Dr Piotr qui appelle à l’obligation morale de la communauté internationale pour continuer à honorer ses engagements financiers par rapport aux promesses tenues.

La question du financement des activités de lutte contre le VIH/SIDA a été abordée par la plupart des participants de cette conférence.

Le directeur exécutif du Fonds mondial de lutte contre le sida, la tuberculose et le paludisme, Michel Kazatchkine, a salué les efforts déployés par la communauté scientifique et les responsables d’Etat dans la lutte contre la propagation du VIH/SIDA.

Intervenant lors de la session inaugurale de ce forum global, auquel participent plus d’un millier d’ experts représentant une cinquantaine de pays, dont Haiti, Kazatchkine déclare que la communauté internationale doit poursuivre ses engagements dans la réponse au VIH/SIDA.

Il annonce que l’exécution des programmes connaitra quelques ralentissements au cours de l’année 2010 et que le Fonds ne va pas avoir de nouvelles soumissions pour l’année 2011 en attendant que les promesses formulées en 2007 pour l’exercice 2009-2010 soient honorées.

Au cours des dernières années, plus de 4 millions de Personnes vivant avec le VIH (Pvvih) sont sous traitement antiretroviral.

Il faut plus de prévention, souligne Kazatchkine, car le nombre de nouveaux cas de Pvvih augmente.

Selon des statistiques rapportées par l’actuel directeur de l’ONUSIDA, MChel Sibide, plus de 7 mille nouveaux cas sont répertoriés.

“Prévention, prévention, prévention”, préconise Michel Sibide qui exprime son optimisme en matière de financement dans le secteur de la prévention et du vaccin. [rjf gp apr 20/10/2009 12 :00]