Haïti/Manifestations/Salaire minimum : Guerchang Bastia et Patrick Joseph libérés

P-au-P, 18 août 2009 [AlterPresse] --- Deux des cinq personnes arrêtées dans le cadre des manifestations pour la promulgation de la loi portant le salaire minimum à 200.00 gourdes (environ 5 dollars américains ; US $ 1.00 = 41.75 gourdes aujourd’hui) et incarcérées depuis 8 jours ont été libérées ce mardi 18 août 2009, apprend l’agence en ligne AlterPresse.

Guerchang Bastia, 21 ans, étudiant en troisième année en sociologie à la Faculté des sciences humaines et Patrick Joseph, 36 ans, membre de l’organisation Comité Duvivier, incarcérés depuis leur arrestation par des agents de la Police nationale d’Haïti (Pnh) le 10 août dernier, ont tous deux ont été libérés dans la matinée de ce mardi 18 août après avoir été entendus par le juge d’instruction Fanfan Jeudilien en charge de leurs dossiers.

« Aucune charge n’a été retenue contre eux », se félicite Patrice Clarvil, l’un des avocats qui assure leur défense. « Ils sont tous deux actuellement retournés auprès de leur famille », ajoute-t-il.

Une contradiction existait entre le rapport de police et le parquet, selon Patrice Clarvil, qui dénonce depuis le début le caractère politique et arbitraire de ces arrestations.

« Le rapport de police faisait état d’une arrestation dans le cadre d’un contrôle d’identité de routine, tandis que le parquet retenait à leur charge entre autre l’accusation d’« association de malfaiteurs » », précise l’avocat.

« Nous avons appris la nouvelle avec beaucoup de satisfaction et de soulagement », s’est exprimé Antonal Mortimé, Secrétaire général de la Plateforme des organisations haïtiennes de défense des droits humains (Pohdh).

Cette organisation soutient, depuis le début, les manifestants incarcérés au nom de la défense de la liberté d’expression et d’association garanties par la Constitution haïtienne de 1987.

« Nous soutiendrons Guerchang Bastia et Patrick Joseph s’ils portent plainte pour détention illégale », a ajouté Antonal Mortimé.

Guerchang Bastia et Patrick Joseph ont été arrêtés au Parc industriel métropolitain de la Société nationale des parcs industriels (Sonapi), alors qu’ils appelaient les ouvrières et ouvriers à sortir à nouveau dans les rues pour réclamer l’application du vote parlementaire portant le salaire minimum journalier à 200.00 gourdes (environ 5 dollars américains).

Edouard Edwidge, Alfred Valsaint et Hérode César, les trois autres personnes arrêtées le mercredi 12 août lors de manifestations ultérieures et incarcérées depuis ce jour, doivent elles aussi être entendues ce mardi 18 août 2009 par le juge d’instruction Fanfan Jeudilien.

Sans se prononcer sur l’issue de ces audiences, Patrick Clarvil s’est cependant déclaré « confiant ». [mm apr 18/08/2009 16 :15]