Haiti-2e tour sénatoriales partielles : Panorama des forces en présence

P-au-P., 21 juin 09 [AlterPresse] --- Le second tour des élections sénatoriales partielles qui doit prendre fin à 4 :00 PM ce 21 juin après 10 heures de vote déterminera les 11 candidats sur 22 qui pourront siéger au sénat, actuellement amputé d’un tiers.

Dans les départements de l’Artibonite (Nord) et du Nord-Est, en plus des sénateurs dont le mandat a pris fin, les électeurs doivent remplacer un sénateur décédé (Artibonite) et un autre destitué (Nord-Est).

Pour le département de l’Artibonite, qui doit élire deux sénateurs, les candidats sont François Annick Joseph de l’Organisation du Peuple en Lutte (Opl), François Fouchard Bergromme et Jean Willy Jean-Baptiste de l’Ayiti an Aksyon (LAAA) et Michelet Louis (Indépendant).

Quatre candidats sont également en lice dans le Nord-Est. Ce sont Lucien Derex Pierre-Louis (Lespwa), Jean Rodolphe Joazile (Fusion), Jacques André Karl Charles-Pierre (Opl) et Armand Joachim (Opl).

Dans le Nord, la candidate de la Fusion Marie Ghislaine Monpremier affronte Moïse Jean-Charles de Lespwa.

Pour le département de l’Ouest, l’homme d’affaires Mario Viau (Union) est face au candidat de Lespwa, Joël John Joseph.

Dans la Grande Anse (Sud-Ouest), l’ancien sénateur Maxime Roumer (Lespwa) est opposé à Marie Aurore Lainé Bellefleur (Fusion).

Dans les Nippes (autre département géographique dans le Sud-Ouest), le candidat Jean William Jeanty (Konba) affronte Louberson Wilson (Lespwa).

Dans le Nord-Ouest, Mélius Hyppolite (Opl) est face à François Lucas Sainvil (Lespwa).

Dans le Sud-Est, Wencesclass Lambert (Lespwa) et Ricard Pierre (Opl) s’affrontent.

Dans le Sud ce sont Joseph Benoît Laguerre de l’Union des citoyens ayisyen (haïtiens) démocrates pour le développement et l’éducation (Ucadde) et Pierre Franky Exius (Lespwa) qui recherchent la faveur des électeurs.

Le président René Préval a exprimé ce 21 juin son espoir que le second tour des élections sénatoriales partielles permettra de compléter la chambre haute, tel que c’était prévu depuis plus d’un an et demi.

Ces élections devaient avoir lieu en novembre 2007, mais elles ont été retardées pour de multiples raisons, dont des problèmes institutionnels et politiques. [gp apr 21/06/2009 14:30]