Haiti-Salaire minimum : Nouvelle journée de tension aux abords des facultés de l’Université d’État

P-au-P, 17 juin 09 [AlterPresse] --- Une nouvelle journée de tension a été enregistrée ce 17 juin dans plusieurs quartiers de la capitale, dans le cadre de la mobilisation estudiantine en faveur de la promulgation de la loi fixant le salaire minimum à 200 gourdes (5 USD).

La tension a été ressentie très tôt dans la matinée lorsque des étudiants ont dressé des barricades de pneus enflammés près de la Faculté de médecine. Le même mouvement a été observé dans les parages de la Faculté des Sciences Humaines et de la Faculté d’Ethnologie.

Plusieurs véhicules tentant de s’engager dans les rues avoisinantes ont été endommagés par des jets de pierres, tandis qu’un véhicule de la Mission des Nations Unies pour la Stabilisation d’Haiti (MINUSTAH) a été incendié près de la Faculté de médecine, selon ce que rapportent les témoins.

La police a encore une fois intensément utilisé des gaz lacrymogènes pour tenter de contrer le mouvement des étudiants.

Les habitants des quartiers affectés par les troubles se sont pleins des effets incommodants des gaz lacrymogènes, tandis que certains bureaux et établissements commerciaux ont du fermer leurs portes.

Un professeur de la Faculté d’Ethnologie a exprimé ses préoccupations à AlterPresse concernant l’intense utilisation de gaz lacrymogènes par la police, surtout, a-t-il dit, que le produit en question serait arrivé à expiration.

Selon ce professeur, les nombreuses bombonnes ramassées à la Faculté d’Ethnologie auraient expiré depuis 2008. Leur utilisation serait prévue pour 5 ans à partir de leur fabrication en 2003. [ kft gp apr 17/06/2009 14:00]