Haïti : Distribution symbolique de matériels de pêche à des membres d’organisations

P-au-P, 13 mars 09 [AlterPresse] --- Des matériels de pêche (filets, hameçons, canots) ont symboliquement été remis, ce vendredi 13 mars 2009, à des représentants d’associations de pêcheurs haïtiens, a observé l’agence en ligne AlterPresse.

Certes, ce geste est une « goutte d’eau dans un océan », mais elle servira à « moderniser le secteur de la pêche » en Haïti, considère Lionel Valbrun, directeur général du ministère de l’agriculture, des ressources naturelles et du développement rural (Marndr), qui a assuré la distribution de ces matériels de pêche.

Vingt-trois millions de gourdes ont été consacrées au secteur de la pêche dans le cadre du programme d’urgence post-cyclonique mis en place en automne 2008 par le gouvernement de la Première ministre Michèle Duvivier Pierre-Louis, indique Valbrun.

Le secteur de la pêche a été, à 60%, touché par les quatre ouragans successifs (Fay, Gustav, Hanna et Ike) qui ont frappé le pays fin août et début septembre 2008, indique le directeur général du Marndr, précisant que le niveau de production dans ce secteur est fortement diminué.

La grande région du Sud - incluant les départements géographiques du Sud, des Nippes, de la Grande Anse (Sud-Ouest) et du Sud-Est - est la plus concernée par la distribution du 13 mars 2009.

Parmi les représentants d’organisations de pêcheurs ayant reçu ces matériels, figurent l’écrivain Jean-Claude Fignolé, maire de la commune des Abricots, ainsi que le responsable d’une organisation de pêcheurs venant de Cité Soleil, grande agglomération populaire au nord de la capitale.

Jean-Claude Fignolé n’a pas caché sa déception face à cette « distribution tardive ».

Les autorités haïtiennes ont failli à leur responsabilité de résoudre les problèmes qui affectent le secteur de la pêche en Haïti, estime le délégué de l’Association des pêcheurs des Abricots.

Certaines variétés de poissons sont en voie de disparition dans le pays, à cause de l’érosion des mornes, entraînant ainsi la pollution des côtes par les eaux de pluie, informe l’édile des Abricots.

Les petits bateaux, remis à de rares organisations de pêcheurs, ne permettront nullement de moderniser le secteur de la pêche, selon Jean-Claude Fignolé qui conseille aux autorités compétentes d’attaquer les problèmes sur d’autres fronts.

Pour l’heure, Jean-Claude Fignolé indique que la pêche côtière n’existe plus dans sa commune à cause de cette situation.

Cependant, l’association, dont il est le représentant, dispose de 12 canots motorisés qui leur permet, malgré le coût élevé du carburant, de s’investir dans la pêche, ajoute le maire des Abricots.

Par ailleurs, certaines municipalités haïtiennes entreprennent des démarches auprès de la communauté internationale en vue de redynamiser le secteur de la pêche.

Jean-Claude Fignolé a profité de la distribution symbolique du 13 mars 2009 pour dénoncer la présence, dans les eaux haïtiennes, d’un bateau japonais qui effectuerait des opérations de pêche.

Les occupants de ce bateau très sophistiqué disposeraient de tous les accessoires indispensables à la transformation des poissons, révèle le maire des Abricots.

Cette information est confirmée par l’ingénieur-agronome Jean-Paul Duperval qui parle de la présence d’une trentaine de bateaux étrangers mouillant au large des côtes haïtiennes. [do rc apr 13/03/2009 14 :30]