Haïti : Relative stabilité des prix à la consommation sur les marchés locaux

P-au-P, 12 mars 09 [AlterPresse] --- Les prix des produits locaux et importés consommés en Haïti ont connu, durant les trois premiers mois de l’année 2009, une stabilité relative.

Au marché de la Croix-des-Bossales à Port-au-Prince, le prix de la livre de riz importé demeure stable à 20.00 gourdes (un dollar américain vaut 40.00 gourdes) en ce début du mois de mars, alors qu’elle se vend au Cap-Haïtien (Nord) à 21.00 gourdes contre 23.00 gourdes à Jérémie (Sud-ouest).

La livre de riz local a connu une légère modification à Port-au-Prince passant de 40.00 gourdes en janvier et février 2009 à 41.00 gourdes au mois de mars courant, selon des données collectées par la Coordination nationale de la sécurité alimentaire (Cnsa).

Le prix du riz, qui fait partie de la consommation de base, varie d’une ville à l’autre. A Hinche (Est), il faut au moins 57.00 gourdes pour acheter une livre de riz local, contre 54.00 gourdes à Jérémie et 40,00 gourdes à Jacmel (Sud-est).

La livre de pois noir (haricot), qui se vendait à 31.00 gourdes au marché de la Croix-des-Bossales a connu une baisse de 2.50 gourdes en mars 2009, tandis qu’elle est vendue à 30,00 gourdes au Cap-Haïtien et 26 gourdes à Jérémie.

Si la livre de maïs moulu importé s’achète à 16.00 gourdes, le maïs local se vend cependant à 10.00 gourdes à la Croix-des-Bossales.

Au Cap-Haïtien, il faut 23.00 gourdes pour acheter une livre de maïs importé et 20 gourdes pour le maïs produit en Haïti.

La livre de petit mil (sorgho) se vend à 15.00 gourdes à la Croix-des-Bossales, 20 gourdes au Cap-Haïtien, 11.00 gourdes aux Cayes (zone de production de cette denrée) et 16.00 gourdes à Jérémie.

La livre de la farine de blé, qu’on ne produit pas en Haïti mais qui est très utilisée pour la production de pain, est de l’ordre de 11.00 gourdes sur le marché de la Croix-des-Bossales, 10.00 gourdes au Cap-Haïtien, 16.00 gourdes à Jérémie et 13.00 gourdes aux Cayes.

Ce sont à peu près ces même prix qui s’affichaient en janvier et février derniers.

Pas moins de 3 millions de personnes souffrent de l’insécurité alimentaire dans le pays, selon la Cnsa. Les régions du Nord-Ouest, du Nord-Est, du Sud-Est et de l’Artibonite sont susceptibles d’être les plus touchés durant ce premier semestre de 2009.

Haïti importe plus de 50% de la nourriture qu’il consomme, selon le Fonds international de développement agricole (Fida), dont le président adjoint, Matthew Wyatt, se trouve dans le pays depuis le 10 mars.

Le haut responsable de cette institution, membre de la FAO, est venu lancer un projet d’amélioration de la production d’un montant de 5,66 millions de dollars pour l’irrigation au profit de 18,000 familles rurales. [do gp apr 12/03/2009 12 :00]