Haïti/Sénatoriales : Face aux « préoccupations » de la communauté internationale, le CEP met en avant son « indépendance »

P-au-P, 10 févr. 09 [AlterPresse] --- Le Conseil électoral provisoire (Cep) se déclare surpris des réactions internationales provoquées par le rejet des candidatures du secteur Lavalas aux prochaines sénatoriales partielles.

« Le CEP est stupéfait » des « commentaires inexacts et abusifs » contenus dans les réactions enregistrées du coté des partenaires internationaux, affirme le président du Conseil électoral dans une note de presse datée du 9 février 2009.

Dans la nuit du 5 au 6 février, le Cep a publié une liste de 65 candidats (sur 105 inscrits) retenus pour participer au scrutin du 19 avril 2009.

Aucun des 16 candidatures présentées par les deux branches du parti Fanmi Lavalas de Jean-Bertrand Aristide n’a été agréé.

Cette décision, qui défraie la chronique depuis vendredi (6 février), préoccupe des pays comme le Canada et les Etats-Unis et des institutions comme l’Organisation des Etats américains (OEA) et la Mission de stabilisation des Nations Unies en Haïti (Minustah).

« Les circonstances qui ont mené à l’exclusion de tous les candidats d’un parti politique ne peuvent que nous inquiéter », s’indigne le Canada, précisant qu’il est « l’un des principaux partenaires et supporters des institutions démocratiques en Haïti ».

Les mêmes réactions sont produites par l’Ambassade américaine en Haïti et l’OEA qui se disent préoccupées par l’éviction des candidats Lavalas à ces élections visant à combler les 12 sièges vacants au Sénat.

« C’est pour nous un sujet de grande préoccupation qu’une décision ait été adoptée, laquelle interdit à tous les candidats d’un parti politique de participer aux prochaines joutes électorales », précise l’Ambassade des Etats-Unis.

L’OEA, qui supporte la réalisation des élections en Haïti, a même suggéré la « prolongation de la période d’inscription des candidats afin que les irrégularités relevées dans le dossier de certaines organisations puissent être corrigées et que tous les partis puissent participer normalement aux élections sénatoriales ».

Un budget de 16 millions de dollars est alloué à la réalisation de ces sénatoriales. La contribution des Etats-Unis, du Canada, de l’Union européenne à la tenue de ces joutes, avoisine les 11 millions de dollars américains.

Le CEP regrette que « ces amis d’Haïti - aujourd’hui inquiets pour le financement qu’ils se sont engagés à apporter à l’Etat haïtien en vue de la réalisation des élections - n’aient pas offert, à temps, leurs bons offices à cette fin ».

L’institution électorale rappelle avoir pris des dispositions permettant aux protagonistes de l’organisation Fanmi Lavalas de résoudre leur différend.

Le parti Fanmi Lavalas avait soumis deux listes de candidats pour participer aux prochaines sénatoriales.

Pour résoudre ce problème, le Cep affirme avoir adressé en date du 3 février 2009 une lettre à cette formation politique où il a été demandé au parti de désigner « la liste des candidats que le parti aura définitivement retenus ». [do gp apr 10/02/2009 12 :50]