Español English French Kwéyol

Haïti : Le problème de la faim pourrait s’aggraver, selon un rapport haitiano-canadien

P-au-P, 22 oct. 08 [AlterPresse] --- L’organisme canadien de droits humains Droits et Démocratie et le Groupe (haitien) de recherche et d’appui au milieu rural (Gramir) craignent que le problème de la faim s’accentue en Haiti « au point de provoquer une crise humanitaire et aggraver l’instabilité politique dans le pays ».

Dans un rapport que viennent de publier les deux entités sur le droit à l’alimentation en Haiti, elles suggèrent que la communauté internationale des donateurs agisse immédiatement pour aider le pays à faire face à la pénurie de denrées alimentaires, selon une documentation transmise à l’agence en ligne AlterPresse.

Elles recommandent à l’Etat haïtien d’adopter des stratégies à long terme visant l’élimination de la faim, incluant une intervention prioritaire claire et soutenue de l’agriculture vivrière ainsi que l’expansion des services sociaux dans les régions rurales et les zones suburbaines.

La publication de ce rapport, selon Gramir et Droits et Démocratie, coïncide avec une situation de grave pénurie et de malnutrition en Haïti. Des situations, selon ces organisations, qui sont liées à la hausse des prix des aliments et au passage successif de quatre tempêtes tropicales en août et septembre 2008.

Pour produire ce rapport, les équipes de ces organisations sur le terrain ont visité les zones les plus durement touchées par la crise alimentaire.

Des entrevues avec des représentants et représentantes du gouvernement, de la société civile et de la communauté des donateurs internationaux ont permis de mettre en évidence que « les politiques actuelles n’arrivent pas à résorber le problème de la faim chronique en Haïti ».

A travers cette investigation, Gramir et Droits et Démocratie soulignent le problème de la faim chronique en Haïti « à travers l’optique des droits de la personne ».

Ces organismes cherchent également à « concentrer l’attention des responsables politiques sur les droits économiques et sociaux, avec un accent particulier sur le droit à l’alimentation ».

De même, selon eux, la capacité des individus à défendre et à promouvoir le droit à l’alimentation doit être renforcé. [do gp apr 22/10/2008 05:30]