Español English French Kwéyol

Haïti/Crise : Tendance à la normale, mais prudence de la population

P-au-P, 14 avril 08 [AlterPresse] --- Une tendance à une reprise normale des activités est observée, ce lundi 14 avril 2008, par l’agence en ligne AlterPresse, dans la zone métropolitaine de la capitale, après une semaine de turbulences sur fond de revendications contre la vie chère en Haïti.

Beaucoup d’habitants de Port-au-Prince gardent une certaine prudence quant à la possibilité de vaquer, sans obstacles, à leurs occupations régulières.

L’attente concerne l’application effective de la baisse réelle, annoncée le 12 avril sur le sac de riz importé, dont les importateurs acceptent de porter le prix de revient à 48 dollars américains, au lieu de 51 dollars. Par compromis trouvé avec la présidence, l’Etat consent, pou sa part, à fournir au moins 5 dollars américains. Ce qui permettrait d’atteindre un prix de revient de 43 dollars par sac de riz, sur le stock disponible, durant un mois.

Rien n’est encore dit sur le prix qui sera pratiqué pour la consommation finale de riz importé, ni sur la date à laquelle les effets du compromis secteur privé / secteur public seront ressentis chez les ménages.

Des questions se posent également sur le profil de la personne qui sera désignée à la tête du prochain gouvernement, après la non confiance donnée le 12 avril par 16 sénateurs au Premier ministre sortant, Jacques Edouard Alexis. D’aucuns s’interrogent sur le programme qui sera mis en oeuvre, lequel devrait consacrer une rupture avec le plan néolibéral et s’orienter sur un développement de la production agricole nationale.

Sans confirmation officielle, des noms circulent, dans le milieu politique de Port-au-Prince, sur d’éventuels « premiers ministrables », dont le gouvernement désigné devra apporter les moyens à la réalisation d’élections indirectes et de celles pour le renouvellement du tiers du Sénat.

Ce 14 avril, une partie de la population a décidé de garder les enfants à la maison en attendant de voir l’évolution de la situation durant la journée.

Les casses ont-elles cessé définitivement ? Des rumeurs de représailles possibles circulent contre les 16 sénateurs interpellateurs, qui ont sanctionné, le 12 avril, le chef de gouvernement.

Quelles dispositions seront prises pour prévenir des dérapages et violences, du type de la deuxième semaine d’avril 2008 en Haïti ? Quid d’actions concrètes pour faire baisser effectivement le coût de la vie ?

Prudence et vigilance sont de mise chez les habitants, notamment chez les entreprises et les personnes victimes de la semaine dernière. Des bilans, y compris des forces de l’ordre, sont attendus de part et d’autre cette semaine.

Différentes institutions, affectées d’une maniere ou d’une autre par les manifestations et violences de rue de la semaine écoulée, doivent revoir leur planification et envisager des correctifs.

Lundi matin 14 avril, les stations services débitent les produits pétroliers. Les transports publics fonctionnent comme à l’ordinaire, plusieurs écolières et écoliers se sont rendus à leurs établissements scolaires respectifs.

Les organismes publics et privés, y compris les banques commerciales, commencent par reprendre du service.

Les agents de la circulation automobile sont présents sur différentes artères. Quelques bouchons sont toutefois notés par endroits.

L’interrogation fondamentale, aujourd’hui, consiste en quel rythme les changements espérés par la population seront effectivement appliqués pour de nouvelles conditions de vie sociale en Haïti. [rc apr 14/04/2008 11:00]