Español English French Kwéyol

Haiti-Carnaval : Des « brigades de la Paix » pour prévenir la violence durant les 3 jours gras

P-au-P., 31 janv. 08 [AlterPresse] --- La Campagne pour la réduction de la violence en Haïti a annoncé, ce 31 janvier, la mise en place de « brigades de la Paix » pour lutter contre la violence durant le carnaval, prévu pour les 3, 4 et 5 février prochains.

164 jeunes ont été formés en technique de gestion de foule et en secourisme pour pouvoir jouer leur partition pendant le carnaval, ont précisé Nadine Avilus, secrétaire exécutive de la Campagne, et Jean Robert Pierre, secrétaire à la mobilisation, lors d’une conférence de presse à laquelle a assisté un reporter d’AlterPresse.

Les « brigades de la Paix » patrouilleront sur 12 points fixes autour du Champ de Mars, centre des activités carnavalesques à Port-au-Prince, pour faire de la prévention communicationnelle contre la violence.

« Le carnaval est la plus grosse manifestation culturelle en Haïti, mais, chaque année, de nombreux actes de violence s’y produisent et de nombreuses personnes sont blessées par armes blanches, telles que rasoirs, couteaux, bouteilles », rappellent les dirigeants de la Campagne pour la réduction de la violence en Haïti.

Ils appellent à la non-violence dans le cadre du carnaval et demandent à la population de profiter de ce moment de fête dans le calme et la tranquillité.

La coordination qui gère la campagne regroupe quinze organisations
nationales et internationales. Elle a été crée en mars 2006 par des organisations
de jeunes, de femmes, de droits humains, des organisations oeuvrant dans
l’éducation, la santé, la communication sociale, des organisations de
développement et des organisations humanitaires.

La campagne travaille à différentes activités. Elle effectue, par exemple, un
plaidoyer auprès des instances nationales et internationales en vue de production
de lois et traités pertinents pour la lutte contre la violence. Elle organise
également des actions communautaires visant à développer, dans les zones à risque,
des activités appropriées pour des jeunes en quête d’alternatives à la violence
armée. [cd gp apr 31/01/2006 13:00]