Perspectives

Haïti/R. dominicaine/grippe aviaire : Probable pénurie d’œufs sur le marché national

suite à la mesure d’interdiction du ministère de l’agriculture
lundi 7 janvier 2008

Actualisé à 17:00

P-au-P., 07 janv. 08 [AlterPresse] --- Le marché national en Haïti pourrait être confronté à une pénurie d’œufs après l’annonce, le 4 janvier 2008, par le ministère haïtien de l’agriculture, des ressources naturelles et du développement rural (Marndr), de la décision d’interdire, jusqu’à nouvel ordre, l’importation de tous produits avicoles en provenance de la République dominicaine devant la découverte du virus H5N2 de la grippe aviaire sur le territoire voisin.

C’est l’inquiétude exprimée ce 7 janvier, à l’agence en ligne AlterPresse, par Michel Chancy, spécialiste en santé et production animale, directeur de l’organisation non gouvernementale Veterimed.

C’est seulement à la mi journée de ce lundi 7 janvier 2008 que la mesure d’interdiction du ministère de l’agriculture a été effective au poste frontalier de Malpasse / Malpaso (à plus d’une quarantaine de kilomètres à l’est de la capitale), rapportent des témoins à AlterPresse.

L’application de la disposition institutionnelle a provoqué des remous parmi petites commerçantes et petits commerçants qui ont protesté contre le blocage des cargaisons d’œufs en provenance de la République dominicaine.

Il faut dire que les riverains de Malpasse et de Fonds Parisien (section communale de Ganthier non loin de Malpasse) s’approvisionnent régulièrement en volailles du territoire voisin.

En temps normal, Haïti achète par jour environ un million d’œufs, transitant en différents points frontaliers depuis la République voisine. Certes, il existe d’autres fournisseurs en la matière, notamment les Etats-Unis d’Amérique, mais qui vendent leurs produits plus chers.

Pour ce qui est de la production locale, « il n’y a pas grand chose à faire sur le court terme, puisque la mise en place de structures de productions d’œufs prend 5 à 6 mois », confie Chancy à AlterPresse.

Récemment, le Marndr, par l’intermédiaire de l’Organisme de développement de l’Artibonite (au nord de Port-au-Prince) a mis en train, dans ce département géographique, une structure expérimentale de production intensive d’œufs par des techniques appropriées. Il est difficile de prévoir, quant à présent, le degré de réponse institutionnelle haïtienne pour satisfaire la très forte demande nationale en œufs.

Parallèlement, de concert avec l’association haïtienne pour la promotion de l’élevage (Ahpel) et à partir d’un financement du Canada, l’organisation Veterimed entreprend, depuis décembre 2007, un programme de production d’œufs à Cité Soleil, grande agglomération populaire à la sortie nord de la capitale. Ce programme concerne 500 femmes pour une production quotidienne de 15 à 18 mille œufs. [cd rc apr 07/01/08 14:00]