Español English French Kwéyol

Haïti : De l’eau pure pour les enfants

P-au-P, 19 déc. 07 [AlterPresse] --- De nombreux enfants haïtiens vont pouvoir bénéficier d’un programme d’eau potable, qui sera expérimenté dès le premier semestre de 2008 dans des écoles haïtiennes des départements de la Grande Anse (Sud-Ouest), de l’Ouest et du Sud, apprend l’agence en ligne AlterPresse.

Ce programme, financé par les Etats-Unis d’Amérique à travers l’Agence américaine de développement international (Usaid), sera exécuté par les organisations internationales « Management Sciences for Health » (Msh) et « Pure Water for the World » en partenariat avec les autorités haïtiennes de la santé.

Le projet eau potable pour les enfants s’inscrit dans le cadre du programme « Santé pour le développement et la stabilité d’Haïti » (Sdsh) ou « Pwojè djanm ». Un budget de 42.5 millions de dollars américains a été élaboré pour ce programme de trois ans (2007-2010).

L’objectif du « Pwojè djanm » est de collecter plus de 8 millions de dollars américains pour compléter l’assistance du gouvernement américain, selon les explications de Paul Auxila, chef de mission de Msh en Haïti.

L’accès à l’eau potable constitue un volet de ce programme de santé publique qui a été lancé officiellement le 13 décembre 2007 à Jérémie (Grande Anse) par le ministre haïtien de la santé, Robert Auguste, et l’ambassadrice américaine en Haïti, Janet Ann Sanderson.

Ce projet vise à atteindre 50% de la population haïtienne, selon Paul Auxila.

La première phase du projet sera exécutée dans l’Ouest, notamment à Cité Soleil (grande agglomération à la sortie nord de la capitale), dès le premier semestre de l’année 2008. A partir du deuxième semestre, le projet sera étendu dans les départements de la Grande Anse et du Sud, selon l’Ambassadeur Charles Adams du Rotary club international, partenaire du projet.

La participation des écoles publiques et des organisations communautaires est encouragée dans la réalisation de ce projet qui vise à fournir de l’eau potable aux enfants haïtiens, souligne Adams.

« Pour avoir une bonne éducation, il faut d’abord être en bonne santé », estime l’émissaire du Rotary club international aux yeux de qui la jouissance d’une bonne santé suppose l’accès à l’eau potable.

Carolyn Crowley Meub de “Pure Water for the world” abonde dans le même sens que l’ambassadeur du Rotary club international.

« Nous ne pouvons pas être en bonne santé si nous n’avons pas accès à l’eau potable. L’eau potable, c’est d’abord un médicament », affirme la directrice exécutive de « Pure Water for the world ».

Sur la base de partenariat entre secteurs public et privé, Carolyn Crowley pense que ce projet à caractère communautaire atteindra son objectif qui est d’assurer la fourniture de l’eau potable à des enfants.

Haïti a accueilli, les 14 et 15 décembre 2007, un sommet international de l’eau, réalisé sous les auspices du Rotary club de Pétionville. De ce congrès, est issue la signature d’un accord de partenariat entre Pure Water for the world et Msh pour la disponibilité de l’eau potable dans les écoles.

Les objectifs de ce sommet, auquel ont participé plus de 200 experts nationaux et internationaux dans ce domaine, sont tous atteints, selon le docteur Claude Suréna du Rotary club de Pétionville.

L’eau polluée consommée en Haïti est responsable de la mort de nombreux enfants à travers les maladies diarrhéiques, les gastro-entérites, la typhoïde et beaucoup d’autres pathologies d’origine hybride, selon les organisateurs du sommet. [do rc apr 19/12/2007 12 :30]