Español English French Kwéyol

Journée internationale des Droits Humains 2007

WACC : Il n’y a pas de droits humains sans droit à la communication

Déclaration de la WACC [1]

Document obtenu par AlterPresse le 10 décembre 2007

Pour la journée internationale des Droits Humains 2007, l’association mondiale pour la communication chrétienne (WACC en anglais) appelle à une reconnaissance globale des droits à la communication.

Les droits humains ne sont pas seulement une affaire de droits politiques ou civils, mais incluent des droits économiques, sociaux et culturels. En accord avec la Déclaration Universelle des Droits Humains (DUDH), ces derniers affirment "la dignité et la valeur de l’être humain" et les "droits équitables les hommes et les femmes". La mise en œuvre des droits humains, exige la reconnaissance des droits à la communication - droits qui permettent aux individus et aux communautés d’exprimer leurs nécessités, de rendre audibles leurs voix, et de prendre part pleinement à leur propre développement.

Les droits à la communication permettent l’autodétermination et contribuent à un monde de paix et de justice sociale. Ces droits sont indéfectibles afin d’atteindre les Objectifs de Développement du Millénaire, c’est à dire éliminer la pauvreté extrême et la faim ; garantir l’éducation primaire, promouvoir l’égalité de genre ; réduire la mortalité infantile ; améliorer la santé des mères ; combattre le HIV/SIDA et les autres maladies ; assurer la viabilité de l’environnement et établir des associations d’entraide globale pour le développement.

Pour le 60° anniversaire de la DUDH, en 2008, l’UNESCO a conçu un plan d’action en soulignant l’importance du droit à l’éducation, le droit à la liberté d’opinion et d’expression, y compris le droit de chercher, de recevoir et de partager des information, le droit de faire partie de la vie culturelle, et le droit de jouir des bénéfices du progrès scientifique et de ses applications. Les activités commenceront le 10 décembre 2007 et se termineront à la même date l’année prochaine. Bizarrement, les droits à la communication sont absents de ce plan d’action.

Pour compléter le plan d’action de l’UNESCO, il faut une réponse consensuelle à la critique formulée par la société civile à la Conférence Mondiale sur la Société de l’Information (Genève, 2003, et la Tunisie, 2005). Les représentants de la société civile avaient en effet regretté que les êtres humains n’aient pas été considérés comme des sujets de la communication et du développement.

Selon eux, la déclaration de de la Conférence, "aurait pu aller beaucoup plus loin". Ils ajoutent que c’est par un dialogue respectueux et dans l’échange de valeurs entre les personnes, dans la pluralité des cultures et des civilisations, que prospère réellement une communication significative et soutenable ".

En cette journée Internationale des Droits Humains 2007, la WACC lance un appel aux gouvernements, aux organisations non gouvernementales et au secteur privé afin de reconnaître et fortifier les droits à la communication comme une composante vitale dans le développement et la mise en œuvre de politiques économiques, sociales et culturelles. Il ne peut pas y avoir de véritable développement sans droit humain et il n’y a pas de justice sociale sans droit à la communication.

Toronto, 10 décembre 2007

++++++++++++++++

L’association Mondiale pour la Communication Chrétienne (WACC, par ses sigles en Anglais) promeut la communication pour le changement social. Elle affirme que la communication est un droit humain élémentaire qui définit l’humanité commune des personnes, fortifie les cultures, qui permet la participation, qui crée des communauté, et défie la tyrannie et l’oppression. Les préoccupations centrales de la WACC sont la diversité dans les moyens, l’accès égalitaire et à bas coût à la communication et à la connaissance, la justice de genre, et la relation entre la communication et le pouvoir.


[1Traduction française assurée par AlterPresse