Español English French Kwéyol

Haiti-MINUSTAH-Abus sexuels : Démarches du ministère à la condition féminine

P-au-P, 16 nov 07 [AlterPresse] --- La Ministre à la condition féminine et aux droits des femmes, Marie Laurence Jocelyn Lassègue a entamé des procédures administratives auprès des autorités haitiennes et onusiennes dans le cadre du dossier des 111 soldats Sri lankais accusés d’exploitation et d’abus sexuels notamment sur des mineures haitiennes, apprend AlterPresse.

Lassègue a écrit au chef du gouvernement, Jacques Edouard Alexis, pour lui soumettre les recommandations de son ministère sur le dossier et mobiliser les membres de l’Exécutif directement concernés par la question, dont le ministre de la justice et celui des affaires étrangères.

La ministre à la condition féminine a également adressé une lettre au chef civil de la Mission des Nations Unies pour la Stabilisation d’Haiti (MINUSTAH), Heidi Annabi, pour lui solliciter le dossier de l’enquête et une rencontre, selon une communication du ministère à la condition féminine, reçue par AlterPresse.

« L’obtention du dossier de l’enquête est capitale pour le gouvernement, pour pouvoir, d’une part, aider les victimes et d’autre part, identifier et démanteler les réseaux de proxenètes qui selon toute vraisemblance sont impliqués dans l’affaire », avance Lassègue, lors d’une intervention au Sénat le 14 novembre (photo-logo, 2e position de g. à dr.).

Heidi Annabi s’est déjà engagé à remettre le rapport d’enquête au gouvernement haïtien conformément aux résolutions de l’Organisation des Nations Unies, ajoute la Ministre.

Invitée par la commission de la condition féminine et des affaires sociales du Sénat de la République, Lassègue a rencontré les membres de ladite comission autour de l’affaire.

La sénatrice Céméphise Gilles, présidente de la commission, recommande à l’Etat haitien de mener sa propre enquête pour établir l’identité des victimes et déterminer si d’autres membres de l’Organisation des Nations Unies ne sont pas impliqués dans ces abus et exploitations sexuels.

La Sénatrice Gilles souhaite également que le gouvernement haïtien mène un plaidoyer auprès des Nations Unies pour que les victimes trouvent justice et réparation.

Les sénatrices Huguette Lamour, Edmonde Beauzile Supplice, et les sénateurs Joasil Rudolph, Mathurin Laurent Fequière ont également pris part à la réunion. [kj gp apr 16/11/2007 11:00]