Español English French Kwéyol

Technologies-Enjeux : 2e édition du Forum sur la Gouvernance de l’Internet

P-au-P., 16 nov. 07 [AlterPresse]--- Le 2e Forum de la Gouvernance de l’Internet s’est tenu à Rio de Janeiro du 12 au 15 novembre.

2000 représentants de gouvernements, d’organisations non gouvernementales, du secteur privé de la communauté de l’Internet du monde entier se sont donnés rendez-vous pendant 4 jours pour discuter de l’avenir d’Internet.

Le Forum de la Gouvernance de l’Internet a été mis en place en 2005 à la suite du Sommet Mondial sur la Société de l’Information (SMSI).

Dans un communiqué transmis à AlterPresse, l’ONU affirme par la voix de son Secrétaire général, Ban Ki Moon, que le Forum « n’a peut-être pas le pouvoir de prendre des décisions mais il peut informer et inspirer ceux qui sont en position de le faire ».

Le Ministre brésilien des affaires stratégiques, Roberto Mangabeira Unger, a mis l’accent, de son côté, sur les deux « principes stratégiques », qui, à ses yeux, devraient régir un nouveau projet institutionnel de gouvernance de l’Internet.

Tout d’abord, selon lui, l’Internet ne devrait pas être hégémonique et « ne subir aucune influence prépondérante de la part d’un État ».

La Société pour l’attribution des noms de domaine et numéros Internet (ICANN, une association de droit californien qui dépend directement du Département du Commerce Américain) a joué un « rôle historique crucial » dans le développement de l’Internet, a-t-il expliqué, précisant qu’elle devrait désormais céder ses pouvoirs à une organisation plus inclusive et moins controversée.

L’influence étatique doit ensuite rester limitée, a jugé Mangabeira Unger, insistant sur la place de la société civile mondiale. « Le mouvement de changement doit démarrer afin de faire d’Internet un outil de libération pour l’imagination », a-t-il lancé.

Les risques d’atteintes à la liberté d’expression constituent en effet l’un des principes mis à mal par une mauvaise gouvernance. A ce sujet, Reporters Sans Frontières avance qu’ « il est anormal qu’un seul pays ait le contrôle de régulation du net mais accorder la gestion du net à des gouvernements qui censurent le net et emprisonnent des internautes (comme la Chine et la Birmanie par exemple) serait une solution catastrophique. »

Au delà de la question de la gouvernance d’Internet, d’autres thèmes relatifs à la relation des enfants et des jeunes avec Internet, à l’inégalité d’accès et à la lutte contre la pédophilie sur le net et la cybercriminalité ont été l’objet de débats durant le Forum. [cd gp apr 16/11/2007 09:00]