Español English French Kwéyol

Haiti-Vallue : Une proposition de code de la Montagne

Vallue (Haiti) 23 oct. 07 [AlterPresse] --- Une proposition de code de la Montagne a été faite par l’Association des paysans de Vallue (Apv), le vendredi 19 ocotbre 2007, à la cloture de son 2ème Congrès de la montagne, à Vallue, 12e section communale de Petit-Goave, ouest d’Haiti.

Déroulées autour de l’ « élaboration d’un code de la montagne », ces assises qui ont réuni des représentants de divers secteurs, débutées le 15 octobre 2007, ont permis de travailler sur la synthèse des ateliers préparatoires, réalisés de juillet à septembre 2007, et d’aboutir à un brouillon du « code de la montagne ».

Ce document constitue « un instrument de maîtrise collective du cadre de vie et d’exploitation qui portera sur des aspects aussi divers et complexes que le réel social et environnemental », indique l’Apv.

Le « code de la montagne » est aussi « un cadre qui oriente et encadre le développement d’un terroir pour que les actions qui s’y pratiquent ne provoquent pas de désajustements qui empoisonnent l’existant socio-culturel de la population, ou de désarticulations se traduisant par une injustice sociale et une dégradation de l’écosystème local ».

Plusieurs activités ont marqué la tenue du congrès, notamment : des visites guidées de Vallue, quelques réalisations de l’Apv et de l’expérience pilote Montagne Verte, ainsi que des animations culturelles, des travaux en ateliers et des conférences.

Le 19 octobre, intervenant sur le thème « opportunité et engagement dans la quête d’une nouvelle vocation de la montagne », le conférencier Pierre Chauvet, de la Fédération des amis de la nature (Fan), a présenté le tourisme des montagnes comme « une alternative » profitable au développement d’Haiti.

« A côté du tourisme balnéaire (des cotes), Haiti peut profité du tourisme des montagnes qui est très exploité à l’echelle internationale », affirme Pierre Chauvet. Haiti doit participer à ce mouvement international pour valoriser ses montagnes, ajoute-t-il.

Cependant, faire du tourisme une activité rentable pour Haiti est un defi important à relever, reconnait le conférencier. A cet effet, il plaide en faveur de la mise en valeur des patrimoines naturels, culturels et historiques du pays.

Il invite les acteurs concernés à faire de Vallue une destination une référence en matière de tourisme des montagnes en Haïti et dans le monde.

Jean Herold Camille, représentant du ministère de l’agriculture, insiste, pour sa part, sur la nécessité d’inclure les mornes dans les processus de développement rural en Haiti.

Les mornes représentent 80 % du territoire haïtien et abrite la plus grande partie de la population, selon les données contenues dans le « code de la montagne », document de 5 pages, en Francais et en Créole, lu par Lattaque Vilarese et Lafontant Fergis, tous deux membres de l’APV.

Le document affirme, à travers ses 8 points, l’importance fondamentale des principes et valeurs reconnues et soutenues par les paysans dans leur vie montagnarde notamment : l’appartenance à la montagne, le droit de vivre dans la dignité, la solidarité dans l’éthique du combitisme, l’intégration nationale, la prise en charge locale et l’autodétermination dans la maîtrise du devenir de la montagne.

Ce document qui tient compte de la réalité et du besoin de développement de Vallue et des communautés avoisinantes, se veut aussi un patrimoine pour les autres communautés d’Haïti qui veulent avoir une prise sur le futur et donc avoir leur propre code de la montagne.

Interrogé par AlterPresse, le coordonnateur exécutif de l’Apv, Abner Septembre, se dit satisfait des travaux, tout en reconnaissant qu’il reste encore beaucoup a faire.

Le congrès de la montagne précède un festival qui aura lieu du 13 au 16 décembre 2007 à Vallue. Ce sera l’occasion de présenter, entre autres des animations autour de Gouverneurs de la rosée, de l’écrivain Jacques Roumain, dont le centenaire de la naissance est célébrée en 2007.

De l’avis des paysans interrogés par AlterPresse, ces activités constituent pour eux une source de valorisation et d’épanouissement socio économique. [kj gp apr 23/10/2007 12:30]