Español English French Kwéyol

Haiti - Transparency International : Je récuse

En réaction au classement d’Haïti comme un des quatre pays les plus corrompus de la planète

Par Nesmy Manigat, citoyen

Soumis à AlterPresse le 30 septembre 2007

Je me suis longtemps gardé d’intervenir dans les débats publics de mon pays ne me trouvant pas suffisamment « légitime » pour en parler depuis que j’ai accepté d’assumer des missions professionnelles à l’étranger pour des organisations internationales. Mes amis journalistes à qui je refuse d’accorder des entrevues me pardonneront ce « bref coup de colère » pourtant public qui marque mon refus d’accepter la « laideur collective » véhiculée par les haïtiens eux-mêmes acceptant cette perception de pays corrompu tellement dommageable.

En effet, Je récuse qu’Haïti soit l’un des quatre pays les plus corrompus de la planète, telle que sous-entendu dans le dernier rapport en date de Transparency International qui vient d’être publié. On aurait progressé de 3 points, car le rapport de 2006 nous classait bon dernier à l’échelle de la planète. Une fois encore, tous les Haïtiens, pas seulement les politiques comme on pourrait le croire, sont donc perçus comme des corrupteurs, des corrompus, des blanchisseurs directs ou indirects d’avoirs corrompus, des bénéficiaires directs ou indirects de cette corruption. Nos institutions politiques, nos institutions financières, notre société civile, nos médias par action ou omission sont perçus à l’échelle internationale comme vivant dans ou de la corruption.

Hélas, « perception vaut fait » car même s’il s’agit bien que d’un indice de perception, ce rapport mondial sera lu, décortiqué, interprété de différentes manières par tous nos partenaires politiques et financiers. Encore une fois, l’aide publique au développement, les investissements étrangers, les nouveaux emplois, et le peu de touristes qui « s’aventuraient » chez nous iront dans des endroits perçus comme étant plus sûrs, car la corruption entraîne la violence, l’insécurité, l’instabilité etc… S’il en est ainsi, le décollage économique n’est pas pour demain, déjà dans un pays où la « perception » des investisseurs voire dans ce cas la réalité est que ce sont des forces étrangères qui contribuent à assurer sa sécurité.

Pourtant, tous ceux qui comme moi ont pu vivre dans d’autres pays un peu semblables à la notre, savent que cette perception est très loin de la réalité et en plus on est même en droit de questionner cette perception. Peut-être devrais-je taire ma colère ou la modérer à voir certains de mes concitoyens, responsables publics, se donner en spectacle quotidiennement dans les médias dans des accusations et contre accusations de toutes sortes, parfois sans évidence.

Je pourrais citer une dizaine de pays connus pour leur haut niveau de corruption bien pire qu’Haïti, mais cela ne servira à rien car les citoyens de ces pays font tout pour vendre une image différente de leur pays, car ils savent qu’ils sont dans un monde global où chacun se bat pour attirer des investissements et à ce jeu on ne doit pas être perçu comme le dernier ou le plus laid. Ma colère vient aussi du fait que nous semblons activement accepter cette perception, l’assumer et la revendre « version améliorée » sur la scène internationale. Pire, on semble s’en servir pour se débarrasser d’adversaires politiques ou économiques.

Pourtant, à coté de chez nous, la république dominicaine s’est récemment levée d’un seul bloc pour récuser l’épithète d’état en faillite, ou d´état esclavagiste avec un lobby international très performant et des moyens financiers conséquents. Ce pays voisin réalise actuellement une opération publique pour consommation à la fois nationale et internationale en jugeant des responsables financiers accusés de faillite frauduleuse d’une banque locale, mais sur la base d’évidences et non de commérage. Le pays tout entier gère son image publique qui est son fonds de commerce et de quoi dépend toutes ses activités économiques, la création d’emplois et la stabilité politique. Je sais qu’il y a plus d’un que ces comparaisons agacent, mais on s’enferme trop souvent dans des querelles internes oubliant notre appartenance à un espace économique fait de challenges et de compétitions.

On oublie aussi le capital-image d’un pays est aujourd’hui son principal actif. Il suffit de regarder la publicité que s’offrent les pays sur les principales chaînes internationales pour se positionner pas seulement pour le tourisme mais pour accueillir les compétitions sportives, les événements internationaux de façon à faire tourner l’économie et ainsi créer des emplois. Ainsi va le monde global d’aujourd’hui et accepter sans réagir ce classement de Transparency International équivaut à un suicide. Certes, il ne s’agit pas d’aller crier sur tous les toits qu’on est des incorruptibles, mais accepter année après année ce classement sans réagir est la forme la plus sûre de garder la dernière place. D’ailleurs, personne ne pensera à nous en déloger.

On devrait arrêter cette autoflagellation collective et promouvoir l’image d’Haïti que nous voulons construire pour nos enfants par des actes anti-corruption quand il y a des évidences et en le faisant savoir. Il ne faudrait pas rajouter au contenu de ces sites Internet officiels qui déconseillent aux touristes de se rendre en Haïti, à ces documentaires de journalistes sensationnalistes qui ressassent les images d’une Haïti en crise ou dans le meilleur des cas attendant la prochaine crise. Nous ne lutterons pas durablement contre la pauvreté en tolérant la moindre forme de corruption dans un pays où l’accès aux services sociaux de base est critique, mais nous ne créerons pas non plus la richesse en se faisant passer ou en acceptant « activement » d’être perçus comme les plus corrompus. Un peu de dignité !