Haiti : La question de la sécurité publique revient sur le tapis

P-au-P., 31 août. 07 [AlterPresse] --- Une commission nationale chargée de déterminer la nature d’une nouvelle force publique est mise en place, informe le président du Sénat Joseph Lambert.

Sept membres issus de la société civile, des anciennes Forces armées haïtiennes et du secteur universitaire, composent cette commission nommée par le président René Préval.

L’ancien secrétaire d’Etat à la défense nationale en 1991, Patrick Élie, les historiens Georges Michel et Roger Petit-Frère, l’Anthropologue Suze Mathieu, le citoyen Rodrigue Crève-cœur, les ex hauts gradés militaires Jodel Lessage et Gérard Dalvius, feraient partie de cette commission, selon des informations relayées par la station privée Radio Kiskeya.

Depuis quelques mois, la situation sécuritaire tend à se stabiliser, en dépit d’actes isolés de banditisme de toutes sortes enregistrées. Un déploiement policier est maintenu et semble s’étendre au fur et à mesure de nouvelles promotions de la Police nationale d’Haiti (Pnh).

Parallèlement, les opérations de remise d’armes volontaire se poursuivent. Après certains membres de gangs, des hommes/femmes d’affaires ont remis à deux reprises une quantité d’armes à la Commission nationale de désarmement et de réinsertion (Cnddr) ainsi que des grenades lacrymogènes.

A Grand-Goâve, 5 armes, dont un fusil de calibre 22 ont été remises, le week-end dernier, à la Cnddr par les autorités municipales. Dans cette commune du département de l’Ouest, quelque 260 armes illégales seraient en circulation, selon la Cnddr, insatisfaite par rapport à la quantité d’armes remises.

Ce 29 août 2007, Alix Fils-Aimé, président de la Cnddr, a présenté à la presse 7 armes et plusieurs milliers de munitions qui appartenaient, pour la plupart, aux anciennes Forces armées haïtiennes.

Alix Fils-Aimé a fait savoir que de nombreuses armes sont toujours en circulation. [do apr 31/08/2007 10 :00]