Changement climatique : Trois pays caribéens, dont Haïti, pour un couloir biologique dans la région

P-au-P, 09 août 07 [AlterPresse] --- Haïti, Cuba et la République Dominicaine se sont engagés le mardi 7 août 2007 à créer un couloir biologique dans les Caraïbes en réponse au changement climatique dans la région, suivant les informations obtenues par l’agence en ligne AlterPresse.

Le massif de la selle ou montagne humide, qui va de la République dominicaine à Miragoâne (Haïti), le massif de la hotte et le Macaya (Haïti), faisant partie de ces corridors biologiques, permettront de créer des richesses, indique Jean-Marie Claude Germain, ministre haïtien de l’environnement.

Ce couloir biologique, soutient le ministre Germain, aura pour vertu d’attirer les touristes étrangers.

Jean-Marie Claude Germain participait, à Port-au-Prince, à la cérémonie de clôture du mois de l’environnement aux côtés de ses homologues cubain et dominicain, respectivement Fernando Mario Gonzalez et Max Puig.

Selon le ministre haïtien de l’environnement, les écosystèmes des pays insulaires sont fragiles et les îles seront les plus affectées par les changements climatiques.

L’engagement pris par ces trois pays, à travers leurs ministères respectifs de l’environnement, rentre dans le cadre des Objectifs du millénaire pour le développement (Omd), adoptés par les l’Organisation des Nations Unies (Onu) au début du siècle.

« En brûlant la terre et en la dépouillant des arbres, nos agriculteurs contribuent à la dégradation de l’environnement », estime le ministre haïtien de l’environnement Jean-Marie Claude Germain.

En 2007, la planète Terre a connu les climats les plus extrêmes depuis qu’ils ont commencé à être enregistrés en 1880, souligne l’Organisation météorologique mondiale (Omm) dans un communiqué publié à Genève (Suisse) le 7 août 2007.

L’organisme international énumère les records de températures et les épisodes météorologiques marquants qui ont été enregistrés cette année dans différents endroits du monde.

Les moussons asiatiques ont été particulièrement sévères, provoquant ainsi des inondations en Inde, au Pakistan et au Bangladesh. Le Sud de la Chine a également connu de fortes inondations, précise l’organisme.

L’Amérique du Sud, elle, a souffert de vagues de froid sans précédent.

Par ailleurs, c’est la première fois qu’on rapporte un cyclone dans la mer d’Oman, le cyclone Gonu, qui a touché plus de 20,000 personnes.

L’Europe a également été le théâtre de phénomènes météorologiques surprenants, l’Angleterre et le Pays de Galles enregistrant les relevés pluviométriques les plus élevés depuis 1789.

Ce sont aussi des vagues de chaleur qui ont marqué cette année l’Europe du Sud-Est et la Russie.

Le dernier rapport du Groupe d’experts, intergouvernemental, sur l’évolution du climat (Ipcc, en anglais), créé par l’Omm et le Programme des Nations Unies pour l’environnement (Pnue), confirme que les cinquante dernières années ont connu des phénomènes météorologiques inhabituels.

Le réchauffement du climat est une réalité, souligne ce rapport de l’Omm, précisant que la température moyenne des cent dernières années a augmenté de 0.74 degrés, mais au cours des cinquante dernières années, c’est une augmentation de 0.13 degrés par décennie qui a pu être observée.

Les projections indiquent par ailleurs que les températures extrêmes et les pluies torrentielles devraient être encore plus fréquentes à l’avenir. [do rc apr 09/08/2007 10 :40]