Dépêches

Nations-Unies : Un nouvel instrument de lutte contre la malnutrition aigue sévère


vendredi 8 juin 2007

P-au-P, 8 Juin 07 [AlterPresse] --- Quelque 20 millions d’enfants âgés de moins de cinq ans vont pouvoir bénéficier d’aliments thérapeutiques visant à combattre la malnutrition aigue sévère, annoncent l’Organisation mondiale de la santé (OMS), le Programme alimentaire mondial (PAM) et le Fonds des Nations Unies pour l’enfance (Unicef).

Les trois agences ont présenté de nouvelles preuves indiquant que trois quart des enfants qui souffrent de malnutrition aigue sévère peuvent être traités à domicile avec des aliments thérapeutiques prêts à l’emploi (RUTF) qui ont une teneur élevée en vitamines et en minéraux.

Ces aliments, qui sont mous, faciles à mastiquer et à haute teneur énergétique, peuvent être consommés sans qu’il soit nécessaire d’y ajouter de l’eau.

« Les 20 millions d’enfants de moins de cinq ans qui souffrent aujourd’hui de malnutrition aigue sévère ont un besoin urgent de traitement », a déclaré le docteur Margaret Chan, Directrice générale de l’OMS, dans un communiqué publié le 7 juin 2007.

L’approche de ces agences de l’ONU permettrait d’empêcher la mort de centaines de milliers d’enfants par an, selon les précisions de ces trois agences onusiennes.

« Il faut sans tarder ajouter cette approche, assortie de mesures de prévention, à la liste des mesures d’un bon rapport coût/efficacité utilisées pour améliorer la nutrition et diminuer les taux de mortalité de l’enfant », poursuit le docteur Margaret Chan.

La directrice générale du PAM, Josette Sheeran, a de son côté indiqué que « c’est un exemple de ces nouvelles technologies et capacités qui nous permettront de nous rapprocher plus encore de la réalisation du premier Objectif du Millénaire pour le développement ».

L’approche communautaire visant à combattre la malnutrition aigue sévère permet d’amener les services près de là où vivent les gens, de sorte que les familles peuvent repérer les enfants souffrant de malnutrition aigue sévère avant l’apparition de complications potentiellement mortelles.

Selon Unicef, PAM et OMS, cette approche a déjà permis l’amélioration considérable des taux de survie des enfants atteints de malnutrition grave dans des pays en proie à une situation d’urgence.

La malnutrition aigue sévère tue chaque année un million d’enfants, selon les estimations - soit un enfant toutes les trente secondes. Ces enfants risquent jusqu’à 20 fois plus de mourir que des enfants bien nourris. [do gp apr 08/06/2007 14 :20]