Haïti/Sécurité : En trois mois, la police nationale coince 5 des principaux chefs de gang de Cité Soleil

P-au-P, 23 Avril 07 [AlterPresse] --- Au moins cinq des principaux chefs de gangs, qui opéraient à Cité Soleil (grande agglomération située au nord de Port-au-Prince), sont actuellement neutralisés par les forces de sécurité, relève l’agence en ligne AlterPresse.

Bélony Pierre, ainsi connu, est le dernier en date des bandits à être appréhendés par la Police nationale d’Haïti (PNH) en l’espace de trois mois.

L’ancien homme fort de Bélékou (un des quartiers de Cité Soleil), qui s’était retranché dans la commune de Saint-Michel de L’Attalaye (à plus de 170 kilomètres au nord de la capitale), a été épinglé le samedi 21 avril 2007 par des agents de la PNH.

Des partisans de Bélony Pierre sèment aujourd’hui la panique dans la localité de « Nan Pòl » (section communale de saint-Michel de l’Attalaye où a été appréhendé Bélony Pierre), en représailles à l’arrestation de leur chef, suivant des témoignages rapportés par des correspondants de presse.

A la Direction centrale de la police judiciaire (DCPJ) où il a été présenté à la presse, Bélony Pierre dit avoir l’habitude de percevoir, chaque semaine, la somme de 5 mille dollars entre les mains d’industriels sans toutefois donner de précisions sur l’identité de ces hommes d’affaires.

En mars 2007, la bande à Bélony Pierre avait remis des armes et munitions à la commission nationale de désarmement présidée par l’ancien député Alix Fils-Aimé.

L’arrestation de Bélony Pierre porte à 5 le nombre de chefs de gangs interpellés par la police haïtienne et les soldats onusiens depuis le lancement d’une vague d’opérations militaires et policières dans le bidonville de Cité Soleil. Ces opérations visaient, de prime abord, le délogement de tous les présumés bandits se trouvant dans ce secteur.

Johnny Pierre Louis, alias Ti Bazil, est le premier de ces gangs à être neutralisé par les forces de l’ordre. Son arrestation a eu lieu dans la soirée du 18 février 2007, alors que des milliers d’Haïtiens participaient aux festivités carnavalesques.

Considéré comme le lieutenant du chef de gang Evens Jeune, alias Ti Kouto, Johnny Pierre Louis était l’initiateur des fossés creusés à Cité Soleil pour empêcher les patrouilles des forces onusiennes de circuler dans ce quartier.

Le 13 mars 2007, Evens Jeune a été arrêté par la police haïtienne dans la commune des Cayes, dans le département du Sud. Depuis son transfèrement à Port-au-Prince dans l’après-midi du même jour, Evens Jeune a déjà été présenté au Parquet près le tribunal civil de la capitale où il a répondu aux questions d’un juge en charge de son dossier.

Début avril 2007, les chefs de gangs, comme Alain Cadet, alias Pinochet, (lieutenant de Bélony Pierre) et William Baptiste, alias Ti Blanc, ont été eux aussi épinglés durant la fête de Pâques.

Alain Cadet était, dans un premier temps, le successeur du chef de gang Emmanuel « Dread » Wilmé tué à Cité Soleil en 2005 lors d’une opération conjointe menée par la police nationale et les soldats onusiens de la Mission des nations unies de stabilisation en Haïti (MINUSTAH).

Les autorités policières sont toujours aux trousses d’autres bandits, comme les nommés Jean Tony, Yoyo Piman, Wilson, Amaral Duclonat, Blade Nazon.

Un message télévisé, montrant la photographie de ces chefs de gangs, passe depuis plusieurs semaines sur les chaînes hertziennes de télévision de la capitale haïtienne, invitant la population à collaborer avec les forces de l’ordre en vue de l’arrestation de ces hommes.

Plus de 70 arrestations en avril 2007

Plus de 70 personnes ont été appréhendées pendant ce mois d’avril 2007 par les soldats de la MINUSTAH, de concert avec les agents de la Police nationale d’Haïti, suivant les informations rassemblées par AlterPresse à partir du dernier bilan présenté par la mission onusienne.

Le weekend du 21 avril 2007, la police nationale a procédé à l’arrestation de plusieurs personnes, dont 2 policiers soupçonnés de complicité de cambriolage dans la section communale dénommée « Cadiac » à Miragoane (Sud-Ouest d’Haïti).

Quelques jours auparavant, de nombreux présumés criminels ont été interceptés à Pernier et à Kenscoff (Est).

La semaine écoulée, les militaires onusiens ont appréhendé 38 suspects (parmi lesquels 13 à Cité Soleil), dont 22 au cours de patrouilles conjointes de la PNH, de la police des nations unies (UNPOL) et de la force militaire onusienne. Ce qui constitue une baisse considérable par rapport au nombre d’arrestations effectuées les semaines précédentes.

Aucune arrestation n’a été effectuée à Cité Militaire durant ces dernières semaines, mais 28 des personnes arrêtées sont signalées comme membres de gangs, dont 8 sont soupçonnées de faire partie du gang de Evens Jeune, alias Ti Kouto.

Du 5 au 11 avril 2007, les casques bleus onusiens ont mis la main au collet de 31 suspects dont 18 à Cité Soleil, contre 33 arrestations effectuées dans ce secteur la semaine précédente. 23 de ces personnes sont suspectées d’être membres de gang, selon le capitaine de Frégate, François Buj, chef du Bureau de l’Information de la force militaire de la MINUSTAH.

« Pour la première fois, le nombre de personnes appréhendées conjointement dépasse le nombre de personnes appréhendé par la force militaire », souligne François Buj.

Dans la même veine, Sophie Boutaud de la Combe, porte-parole de la MINUSTAH, affirme que, depuis le 1er avril 2007, la MINUSTAH a appuyé la police haïtienne dans l’arrestation de 101 individus.

Au 1er janvier 2007, trente-trois cas de lynchage ont été répertoriés par les policiers des Nations Unies en Haïti, précise Yang Guohong, membre de l’équipe de communication de la UNPOL, citant un rapport de l’unité de Genre de la MINUSTAH. [do rc apr 23/04/2007 11 :30]