Español English French Kwéyol

Haïti /Droits humains : L’amélioration de la situation des femmes est nécessaire, selon des émissaires de l’ONU

P-au-P, 19 Avril 07 [AlterPresse] --- L’amélioration des conditions de vie des femmes est indispensable dans la lutte pour une société où les droits de la personne sont garantis, ont déclaré, ce 19 avril 2007, des membres d’une délégation de la Division de la Promotion des Femmes, du Département des Affaires Économiques et Sociales des Nations Unies.

Au terme d’une visite de quatre jours à Port-au-Prince, les membres de cette délégation disent constater une volonté manifeste du gouvernement haïtien de travailler à l’amélioration de la situation de la femme.

Ces émissaires de l’ONU, toutes des femmes, ont rencontré notamment le ministère à la Condition féminine et aux droits de femmes (MCFDF) sur la mise en œuvre de la Convention sur l’Élimination de toutes les formes de discrimination à l’égard des femmes (CEDAW).

« L’amélioration de la condition des femmes c’est l’amélioration de toute la société », cela est indispensable « pour faire avancer la société haïtienne », a affirmé Françoise Gaspard lors d’une conférence de presse au Ministère à la condition féminine et aux droits des femmes (MCFDF).

Des efforts pour la mise à profit de la CEDAW, ratifiée par Haïti en 1981, sont en train d’être déployés, selon les émissaires des Nations Unies.

« Nous avons ressenti notamment une volonté [des autorités haïtiennes] d’aller en avant en matière d’amélioration de la situation des femmes », souligne Françoise Gaspard qui estime que « c’est une satisfaction » pour les membres de la délégation onusienne.

En 2008, le gouvernement haïtien devra présenter aux Nations Unies un rapport complet de la situation des droits des femmes en Haïti, conformément à l’article 18 de ladite convention. Ce dernier met en relief les dispositions adoptées aux niveaux législatif, judiciaire, administratif et autre afin que la CEDAW devienne une réalité haïtienne.

« Cette convention est un outil très important, on l’appelle quelquefois la charte des droits des femmes c’est vraiment une charte parce que cela touche les droits des femmes dans tous les domaines », soutient Regina Tavares da Silva, membre de la délégation.

Tavares da Silva estime qu’il est important pour les femmes aussi bien que les hommes de connaître cette convention.

La délégation de la division de la Promotion des Femmes, du Département des Affaires Économiques et Sociales des Nations Unies était conduite par Christine Brautigam (chef de la section des droits des la femme), accompagnée de Françoise Gaspard, Alerte Gauthier, Regina Tavares da Silva et Nathalie Stadelmann. [do gp apr19/04/2007 16:10]