Haïti – Carnaval 2007 : Sensibiliser les jeunes sur les IST/SIDA au cours des trois jours gras

P-au-P, 15 Fév. 07 [AlterPresse] --- La Direction sanitaire de l’Ouest (DSO) du Ministère de la Santé publique et de la Population (MSPP) annonce toute une série d’activités visant à sensibiliser la population, particulièrement les jeunes, sur les risques des infections sexuellement transmissibles /Syndrome de l’immuno-déficience acquise (IST/SIDA) à l’occasion des trois jours gras qui commencent le dimanche 18 février 2007.

De nombreuses dispositions, comme la disponibilité de stands pendant le défilé carnavalesque entre le 18 et le 20 février 2007, sont déjà arrêtées en vue de lancer des messages de sensibilisation contre ces fléaux qui rongent la société haïtienne, déclare à l’agence en ligne AlterPresse Cléda Jacques, responsable du programme IST/SIDA à la DSO.

« Frennen Sida, chak sa ou fè konte » (Arrêter le Sida, vos actions sont comptées) est le thème retenu pour cette campagne de sensibilisation à l’occasion du Carnaval 2007 déroulé autour du thème « Solèy Leve » (Le Soleil se lève).

« Nous allons profiter du carnaval pour lancer des messages à tout le monde, particulièrement aux jeunes, et dans ces messages, nous accordons la priorité, surtout à l’importance du test de dépistage. Nous serons là pour leur dire qu’elles et ils doivent se protéger », indique Cléda Jacques.

Au Champ de Mars [NDLR : principale place publique de la capitale haïtienne, Port-au-Prince], la Direction sanitaire de l’Ouest et ses partenaires auront à faire des tests de dépistage sur place pour toutes celles et tous ceux qui en exprimeront le besoin. Un échassier en forme de « kapòt » (préservatif) sera également institué au Champ de Mars durant les trois jours gras.

Des t-shirts, mouchoirs, autocollants, fanions entre autres, vont être distribués tout au cours des festivités. Quant aux brochures, elles seront remises aux écoles pour la sensibilisation des écolières et écoliers.

« Ce n’est pas normal que des gens utilisent le corps de nos jeunes filles comme des objets, comme des animaux. Le corps de femme, comme celui d’homme, mérite d’être respecté, leur intégrité physique, leur intégrité morale, doivent être respectées », dénonçait récemment Marie Laurence Jocelyn Lassègue, la Ministre haïtienne des femmes.

Jocelyn Lassègue estime que les conséquences de cette exploitation à outrance sont d’ores et déjà dramatiques et seront pires si les différents secteurs de la société n’assument pas leurs responsabilités. [do rc apr 15/02/2007 14:20]