Nations Unies : 85 millions de dollars à des « crises sous-financées » dans 15 pays, dont Haïti

P-au-P, 8 Fév. 07 [AlterPresse] --- Haïti se trouve parmi quinze pays qui vont pouvoir bénéficier d’une allocation de 85 millions de dollars du Fonds central d’intervention d’urgence (CERF)) à destination de programmes sous-financés qui permettront de sauver des vies dans ces pays, apprend l’agence en ligne AlterPresse auprès du Bureau de la coordination des affaires humanitaires (OCHA).

Une enveloppe de 2 millions de dollars de ce fonds sera réservée à Haïti aux côtés d’autres pays comme la République Démocratique du Congo qui recevra 36.6 millions de dollars, la plus grande partie de cette somme. L’annonce de cette allocation a été faite, à New York, le 7 février 2007.

« Même si chacune de ces attributions ne représente qu’une partie des exigences globales de ces urgences prises séparément, elles nous aident dans leur globalité à poursuivre notre action humanitaire, fondée sur le principe que ceux qui ont le plus besoin d’aide sont identifiés strictement sur la base de leurs besoins, et aidés en conséquence », indique Margareta Whalström, coordonnatrice adjointe des secours d’urgence des Nations Unies.

Le communiqué énumère la liste des pays qui bénéficient de ce déblocage de fonds.

Il s’agit de l’Angola, du Bangladesh, du Burundi, de la République centrafricaine, de la Côte d’Ivoire, de la République populaire démocratique de Corée (Corée du Nord), de la République démocratique du Congo, de l’Érythrée, de l’Éthiopie, d’Haïti, du Myanmar (Birmanie), de la Namibie, de la Somalie, du Soudan et du Zimbabwe.

L’attribution de ces fonds a été basée sur un rapport du système de suivi des flux financiers (FTS), les recommandations des agences des Nations Unies, des consultations entre agences et des discussions avec les coordonnateurs humanitaires et les coordonnateurs résidents.

Dans certains cas, les fonds ciblent un secteur sous-financé en particulier.

C’est le cas par exemple de ceux alloués à la Namibie et au Bangladesh, qui serviront à des programmes sur les réfugiés, de ceux alloués au Zimbabwe, qui aideront à la mise de place de projets d’assainissement et de logement, ou encore de ceux alloués à la Somalie, visant à renforcer la sécurité et faciliter ainsi la reprise des activités humanitaires dans le pays.

Un tiers des fonds du CERF est réservé aux urgences sous-financées, afin de permettre de réduire les déséquilibres dans la distribution globale de l’aide.

En tout, 162 millions de dollars ont été redistribués depuis le lancement officiel de ce Fonds, le 9 mars 2006. Cette année, 50 donateurs, dont 47 États membres, ont promis près de 343 millions de dollars au CERF. [do rc apr 08/02/2007 9:15]