Perspectives

Haïti – R. Dominicaine : Investisseurs des deux pays sur la piste de nouvelles relations commerciales


mercredi 7 février 2007

P-au-P, 07 Fév. 07 [AlterPresse] --- Plus de 80 hommes et femmes d’affaires, haïtiens et dominicains, ont participé cette semaine à une rencontre bilatérale à Port-au-Prince, organisée par l’Ambassade de la République Dominicaine en Haïti de concert avec le Ministère haïtien du commerce, en vue d’explorer des possibilités d’investissements et des perspectives de nouveaux marchés sur l’île, apprend l’agence en ligne AlterPresse.

« Les branches de matériaux de construction, électriques et de quincailleries en général, de produits alimentaires et de boissons gazeuses, de l’immobilier, des assurances, vêtements et textiles, meubles, industrie de l’imprimerie, produits de beauté, tourisme, écotourisme, transport et radiodiffusion, ont été représentées à cette convocation », indique un communiqué de l’Ambassade dominicaine dans la capitale haïtienne, parvenu à AlterPresse.

Cette deuxième grande réunion, qui fait suite à une première tenue à Port-au-Prince en janvier 2007, donne l’occasion aux entrepreneurs des deux Républiques de faire connaître leurs offres de biens et services ainsi que leur désir de trouver des fournisseurs et associés, des marchés et des distributeurs.

Maggy Durcé, Ministre du Commerce et de l’Industrie d’Haïti, voit dans la tenue de ces échanges des moyens de dégager des alliances favorables aux deux pays qui partagent l’île caribéenne.

« Ce genre de rencontre permet de jeter les bases d’un dialogue constructif (…) Avec des rencontres de cette nature, nous pourrons dynamiser les échanges commerciaux entre les deux pays et instaurer des alliances franches en matière d’investissement », déclare Maggy Durcé.

Ces échanges doivent se développer avec la plus grande transparence et le plus grand dynamisme possible pour que les rapports économiques entre les deux pays de l’île se construisent sur des facteurs de progrès réel et durable pour les deux peuples, et que les rapports entre les secteurs public et privé fortifient la vie institutionnelle des deux nations, préconise, pour sa part, le docteur José Serulle Ramía, ambassadeur accrédité en Haïti de la République dominicaine.

« Parvenir à ce que les hommes et femmes d’entreprises de la République Dominicaine de différents secteurs connaissent leurs homologues d’Haïti en vue de créer un climat de confiance qui permette la consolidation des échanges existant actuellement et qui favorise l’apparition de nouvelles formes d’affaires », a été le thème de cette rencontre, selon les explications du diplomate dominicain Serulle Ramía.

Tout en mettant l’emphase sur l’importance des échanges commerciaux entre les deux pays, l’Ambassadeur dominicain encourage les hommes et femmes d’affaires de son pays à pénétrer chaque jour davantage le marché haïtien qui représente, selon lui, le deuxième marché d’importance pour la République Dominicaine.

Au cours d’une réunion similaire, déroulée le 15 février 2005, Jose Serulle Ramía admettait que le commerce entre les deux pays est déficitaire pour Haïti en ce qui a trait notamment aux biens de consommation, aux biens industriels et agricoles, tout en précisant qu’il revient à Haïti de décider de son sort.

Force est de constater que l’Etat dominicain impose des restrictions pour l’entrée, sur son territoire, de produits en provenance du territoire d’Haïti, alors que les autorités nationales laissent le champ libre à beaucoup de produits dominicains entrant, sans contraintes, par différents points frontaliers en direction du territoire haïtien.

Des commerçants haïtiens ont dénoncé l’attitude des autorités voisines au moment de la foire binationale réalisée en novembre et décembre 2005 à Dajabon, pendant laquelle ces dernières ont exigé un quota de produits des exposantes et exposants haïtiens.

L’établissement d’une zone franche, sur des terres agricoles fertiles à Ouanaminthe concédées sans consensus national par des dirigeants haïtiens, s’est fait en août 2003 au profit d’intérêts dominicains.

Les organisations sociales des deux pays ne cessent point de réclamer des deux Etats la conclusion d’accords commerciaux pour prévenir les différends au passage de produits sur la frontière haïtiano-dominicaine.

La date de la reprise des négociations, dans le cadre de la commission mixte entre les deux pays, pour fixer les modalités d’échanges entre les deux républiques, au-delà des questions commerciales et sur des dossiers sensibles comme la migration et le flux de travailleurs haïtiens particulièrement sollicités par les entreprises dominicaines, n’est pas encore connue.

Sur le plan politique, les autorités dominicaines ne ratent pas une occasion pour tirer à boulets rouges sur les dirigeants haïtiens, qu’elles accusent publiquement de tous les maux, ce qui tend souvent à provoquer des frictions dans les rapports entre les deux pays. De temps à autre, la diplomatie est appelée à la rescousse sans que les contentieux, qui planent encore, soient totalement vidés ni que des cheminements de bon voisinage soient définitivement tracés.

Différentes réunions, entre les deux pays, semblent être marquées par l’improvisation chez les responsables haïtiens qui, jusqu’à présent, n’ont pas encore défini la position nationale vis-à-vis des relations avec la République dominicaine, dans un contexte où les organismes internationaux proposent régulièrement le renforcement de liens binationaux à divers niveaux. [do rc apr 07/02/2007 8:00]