<

Haïti : Après les élections, la Mission des Nations Unies s’oriente vers les réformes institutionnelles

P-au-P, 18 Janv. 07 [AlterPresse] --- La Mission de stabilisation des Nations Unies en Haïti (Minustah) a dévoilé, jeudi (18 janvier 2007), ses perspectives pour l’année 2007, qui consistent à appuyer le gouvernement haïtien dans ses efforts visant l’établissement d’un Etat de droit dans le pays.

Aider à la réforme des institutions publiques, de la justice et du système carcéral, et de la police nationale d’Haïti, contribuer au renforcement des compétences en matière de défense des droits humains, sont les grandes lignes des actions que compte mener la mission onusienne durant l’année en cours.

« Les élections [février, avril et décembre 2006] ont jeté les bases d’une relation nouvelle entre la majorité des secteurs politiques et sociaux et le nouveau gouvernement », admet Sophie Boutaud de la Combe, porte-parole de la Minustah.

« Nous devons maintenant travailler à la consolidation de l’Etat de droit et appuyer les autorités haïtiennes dans la réforme des institutions », a-t-elle affirmé à l’occasion de la conférence de presse hebdomadaire de la mission à laquelle a assisté un Journaliste de l’agence en ligne AlterPresse.

Selon Sophie de la Combe, le processus de réforme de la police haïtienne constitue une des principales clefs de voûte de l’établissement de l’Etat de droit en Haïti. Cette réforme implique trois types d’action : la certification, la formation et le renforcement institutionnel.

La formation de 400 policiers du Corps d’intervention et de maintien de l’ordre (CIMO), de la Swat Team, de l’Unité départementale de maintien de l’ordre (UDMO) et de la Brigade de renseignements et d’investigations (BRI), toutes des unités spécialisées de la police haïtienne, est déjà en cours.

Un groupe de 20 policiers de la Swat Team ont bénéficié de cette formation à courte durée. du 3 au 7 janvier 2007, selon les précisions de Fred Blaise, porte-parole de la police des Nations Unies (UNPOL).

En novembre 2006, a été entamée une évaluation de policiers reposant sur deux axes : intégrité et compétence.

Outre ces points, Sophie Boutaud de la Combe informe que la Minustah fournit un appui institutionnel au Ministère de l’intérieur dans la formation des fonctionnaires et élus locaux qui seront répartis dans les 140 communes du pays.

Sur le plan sécuritaire, les casques bleus ont procédé à l’arrestation de 62 personnes depuis le 1er janvier 2007.

La porte-parole de la Minustah confirme également l’arrestation, à l’aube du 15 janvier 2007, de 8 présumés bandits, dont 4 femmes, à Simon/Pelé, à proximité de Cité Soleil, grande agglomération à la sortie nord de la capitale. Trois des personnes arrêtées ont été par la suite relâchées, les cinq autres sont sur le contrôle de la Direction centrale de la police judiciaire (DCPJ).

Parallèlement, le 15 janvier, quinze personnes, dont une femme ont été arrêtées à la Croix-des-Bouquets, à une trentaine de kilomètres au nord-est de la capitale. Sept d’entre elles ont été libérées, selon Sophie Bouteaud de la Combe. Les autres sont gardées a vue à la DCPJ.

La Minustah présente ses perspectives 2007, tandis que, à New York, le Conseil de Sécurité des Nations Unies doit plancher ce jeudi (18 janvier) sur le renouvellement du mandat de cette mission qui doit prendre fin le 15 février 2007. [do rc apr 18/01/2007 13 :30]