« Haïti pays pilote sur le plan du développement »

P-au-P., 20 nov. 06 [AlterPresse] --- La Commission européenne a choisi Haïti comme partenaire pilote pour faire de la programmation commune en matière de développement.

Le commissaire européen en a fait l’annonce ce dimanche 19 novembre à l’issue d’une visite de 24 heures à Port-au-Prince.

Deux réunions devaient se tenir en ce sens les 20 et 21 novembre « entre le gouvernement haïtien et la commission européenne et tous les donateurs pour ensemble mieux diviser le travail et augmenter nos moyens et être plus efficace », a ajouté le commissaire européen au développement.

« Le pays dont on veut faire un pays pilote sur le plan du développement, c’est Haïti », a martelé Louis Michel, soulignant que « c’est le seul pays qui a été choisi pour cela ».

La commission européenne compte allouer à Haïti 233 millions d’euros pour les cinq prochaines années dans le cadre de la dixième programmation du Fonds européen de développement (FED).

A la demande du gouvernement haïtien, ces fonds seront surtout investis dans le secteur des infrastructures. « Le président René Préval m’a rendu attentif sur son souci de continuer à vertébrer le pays en infrastructures », a indiqué Louis Michel.

Le commissaire européen au développement a par ailleurs promis de « tout mettre en œuvre pour démarcher, pas seulement au niveau l’Union européenne (U.E.), mais aussi au niveau de la Banque mondiale pour trouver des moyens supplémentaires pour renforcer l’éducation, notamment la scolarisation » en Haïti.

Louis Michel a évoqué la possibilité de l’octroi à Haïti d’une tranche supplémentaire de 60 millions d’euros comme prime à la gouvernance, c’est-à-dire pour encourager le renforcement de l’Etat et la bonne gestion des finances publiques.

Sur un tout autre plan, Louis Michel a renouvelé l’intérêt que la Commission européenne accorde aux élections municipales, locales et législatives complémentaires prévues en Haïti le 3 décembre prochain. L’U.E y contribue à hauteur de 4 millions d’euros, soit le tiers du financement global de ces joutes.

La question de la décentralisation a été soulevée par le président René Préval lors de son entretien avec le commissaire européen. « Il n’y a pas que Port-au-Prince qui doit se développer. Les régions intérieures du pays aussi. Le chef de l’Etat est très soucieux de cela », a fait savoir Michel.

Louis Michel a déclaré que la commission européenne va aider le gouvernement haïtien à organiser un forum ou une conférence sur la décentralisation en février ou en mars 2007. « Le président Préval souhaite mobiliser à l’occasion les parlementaires, la société civile, les représentants des entreprises, des travailleurs du monde religieux, etc. », a annoncé le fonctionnaire européen, arguant que « ça fait partie de sa stratégie d’apaisement social et de renforcement de la société, des citoyens ».

« Toute une série de services de base peuvent être mieux offerts à la population quand c’est près de la population. Le niveau local, voire départemental, c’est important », a conclu le commissaire européen au développement.

Outre le président René Préval, le premier ministre Jacques Edouard Alexis et d’autres membres du gouvernement, Louis Michel a eu à s’entretenir également, au cours de sa brève visite en Haïti, avec le chef civil de la Mission de stabilisation des Nations unies en Haïti (MINUSTAH), Edmond Mulet.

Par cette visite en Haïti, le commissaire européen retourne l’ascenseur au chef de l’Etat Haïtien qui s’était transporté à Bruxelles, en juillet dernier [vs apr 20/11/06 19:45].