Mise au point du GRALIP concernant des insinuations de l’OEA sur le travail de la presse indépendante

Prise de position en date du 3 juin 2003

Le Groupe de Réflexion et d’Action pour la Liberté de la Presse (GRALIP)
apprécie la solidarité exprimée par l’Organisation des Etats Américains,
dans son rapport du 20 mai 2003, à l’égard de la presse indépendante
concernant les attaques dont celle-ci est l’objet.

En revanche, le GRALIP réfute les insinuations de l’organisation
hémisphérique relatives au caractère « sélectif » des rapports de presse qui
rendrait difficile « la présentation équilibrée à la population haïtienne
d’un panorama global de la situation ».

Voulant ménager la chèvre et le chou, l’OEA se fourvoie avec un tel
raisonnement, pour le moins inepte.

Existe-t-il un seul point du globe où les rapports de presse ne sont pas
sélectifs ? La responsabilité quotidienne de la presse n’est-elle pas de choisir, parmi
la masse des informations qu’elle a à sa portée, lesquelles livrer à la
connaissance du public ? , se demande le GRALIP.

Certes, entre l’événementiel, immédiat, qui « intéresse », et l’information, lointaine,
qui « importe », un bon dosage s’avère nécessaire en vue de la pleine
édification du public. Cependant, cette problématique nécessite, au regard de la réalité de la presse haïtienne, une approche structurelle et ne saurait être adressée au
pied levé, comme le fait l’OEA dans son rapport.

Le GRALIP est d’autant plus préoccupé par les insinuations de l’OEA qu’elles
sont faites dans la même semaine où un porte-parole zélé du régime en place
a accuse la presse de chercher à traumatiser la population en amplifiant le
phénomène de l’insécurité.

Le GRALIP tient par ailleurs à rappeler que le travail de la presse doit
également consister à mesurer l’adéquation ou l’inadéquation existant entre
les droits humains (droits politique, socio-économique et culturel) qui sont
proclamés et la réalité sur le terrain.

Dans le cadre du marché de dupes, dont la lancinante et sempiternelle crise
politique haïtienne est le théâtre, le GRALIP insiste pour que la presse s’acquitte valablement de sa tâche et à contribuer à démasquer les principaux « facilitateurs
de tourner en rond ».

Pour le GRALIP,

Vario Sérant, Coordonnateur Principal

Stéphane Pierre-Paul, Assistant Coordonnateur Principal

Ronald Colbert, Administrateur