Español English French Kwéyol

Haïti : Séminaire sur l’Analyse comparative selon les sexes pour des fonctionnaires

P-au-P, 26 Sept. 06 [AlterPresse] --- Des cadres de la fonction publique haïtienne participent, dès ce 26 septembre 2006 à Port-au-Prince, à un séminaire de rodage de formatrices et formateurs autour de l’Analyse comparative selon les sexes (ACS), constate l’agence en ligne AlterPresse.

Initiative du Ministère à la Condition Féminine et aux Droits des Femmes (MCFDF), ce séminaire de deux jours permettra aux participantes et participants de consolider leurs connaissances de l’analyse des rapports sociaux de sexe, d’acquérir les attitudes et notions de base nécessaires à la réussite d’une activité de formation et d’expérimenter le rôle de formatrices et formateurs.

« Cette session, qui porte sur un outil d’intégration des préoccupations des femmes et des hommes, se fait de manière séquentielle », précise Denise Sylvestre Amédée, Directrice générale par intérim du MCFDF.

L’outil « Analyse comparative selon les sexes (ACS) » est en expérimentation, depuis 1970, dans d’autres pays comme le Canada, lequel appuie la réalisation de ce programme mis en œuvre par le MCFDF à partir de janvier 2005.

Denise Amédée place cette session dans le cadre de la mission du Ministère qui, selon elle, opte pour une société égalitaire pour les deux composantes sociales, à savoir femmes et hommes.

Par cette formation, les autorités dudit ministère entendent aider les cadres de l’administration publique à avoir une idée détaillée sur l’Analyse comparative selon les sexes et à favoriser l’intégration des femmes dans toutes les sphères d’activité.

« Ces personnes qui sont actuellement en formation deviendront à leur tour des formatrices et formateurs. C’est pour cela que le séminaire se déroule autour de la formation des formatrices et formateurs », explique l’avocate Mona Jean, responsable de la Direction de la Prise en compte de l’Analyse selon le Genre (DPAG).

Me. Mona Jean admet qu’ « il n’existe pas de société unisexuée, il y a des femmes et des hommes qui doivent toutes et tous bénéficier des avantages prévus en matière de développement durable ».

Mise en place par le MCFDF, la DPAG rentre dans le cadre d’une volonté réelle de travailler avec les institutions nationales en vue de renforcer leur capacité à développer les politiques, programmes, par des moyens appropriés, pour une planification du développement tenant compte des rapports sociaux entre les femmes et les hommes. [do rc apr 26/09/2006 13 :25]