Español English French Kwéyol

Allègement probable de la dette externe d’Haïti par le FMI et la Banque mondiale

P-au-P, 19 Sept. 06 [AlterPresse] --- La Banque mondiale (BM) et le Fonds monétaire international (FMI) ont annoncé, ce 19 septembre 2006, l’effacement probable d’une partie de la dette externe d’Haïti en acceptant d’inclure ce pays dans son programme intitulé « Highly Indebted Poor Countries » (HIPC) – littéralement en français, Pays pauvres Très endettés (PPTE), suivant des informations consultées par l’agence en ligne AlterPresse.

L’annonce a été faite à Singapour, à l’occasion de l’ouverture des Assemblées annuelles de ces deux institutions de financement internationales.

La république d’Haïti, dont la dette externe est évaluée à 1.4 milliards de dollars américains, est qualifiée pour une annulation partielle de sa dette et habilitée à faire partie de la liste des PPTE, indique le FMI dans un communiqué parvenu à AlterPresse.

Takatoshi Kato, directeur par intérim de l’institution, salue les efforts consentis par le gouvernement haïtien dans la mise en place de mesures adéquates favorisant une stabilité macro-économique dans le pays. Haïti a besoin de l’appui financier continu de la communauté internationale dans les secteurs de la sécurité, des conditions sociales et de la croissance soutenue des recettes de l’Etat, selon le haut responsable du FMI.

L’organisme de financement international exhorte le gouvernement haïtien à favoriser l’initiative privée dans le secteur économique et à concentrer ses efforts sur la réduction de la pauvreté.

L’analyse de durabilité de la dette de plusieurs pays, conduite conjointement par le FMI et la BM en collaboration avec les autorités concernées, prouve que la dette externe d’Haïti a excédé, à la fin du mois de septembre 2005, le seuil de durabilité établi sous l’initiative augmentée des PPTE.

Le 25 juillet 2006, lors de la conférence internationale pour le développement économique et social d’Haïti tenue à Pétionville (à l’est de Port-au-Prince), la Banque mondiale et le FMI figuraient parmi les bailleurs de fonds internationaux qui s’étaient engagés à décaisser un montant de 750 millions de dollars américains en faveur d’Haïti, de juillet 2006 à septembre 2007.

La veille, des organisations altermondialistes locales et internationales, dont la Plate-forme Haïtienne pour un Développement Alternatif (PAPDA), Jubilée Sud et le Mouvement Démocratique Populaire (MODEP), ont plaidé, dans un débat public à Port-au-Prince, en faveur de l’annulation de la dette externe d’Haïti.

Suivant des données tabulées présentées par les intervenants à l’occasion, la majeure partie des fonds déboursés par Haïti, de 2001 à 2006, sert toujours à payer les institutions de financement internationales, aux yeux desquelles la dette externe est préjudiciable au développement économique et social des pays du Sud. [do rc apr 19/09/2006 10 :00]