Español English French Kwéyol

Haiti : l’organisation Fanm Yo La " constate avec regret " l’absence de femmes aux postes de prise de décision

Communiqué du collectif féminin Fanm Yo La

Soumis à AlterPresse le 12 septembre 2006

‘’Le premier engagement du gouvernement est de mettre en application une politique d’inclusion, de dialogue et de réconciliation avec tous les secteurs de la vie nationale’’.

(Extrait de la politique générale du premier ministre présentée au parlement au chapitre intitulé les Préalables pour un nouveau départ)

Le Collectif Féminin Haïtien pour la Participation Politique des Femmes, FANM YO LA, a pris acte des dernières nominations effectuées à la tête des Directions Générales et de certaines Secrétaireries d’Etat. En effet, sur quinze postes octroyés, aucun n’a été attribué à une femme.

Le Collectif rappelle au Président de la Republique et au Premier Ministre le rôle combien essentiel joué par les femmes tant dans le domaine économique que social. FANM YO LA rappelle également les Conventions et Traités ratifiés par l’Etat Haïtien notamment la Convention sur l’élimination de toutes les formes de discrimination à l’égard des femmes (CEDAW).

FANM YO LA constate avec regret que le Gouvernement n’a pas tenu compte des revendications des femmes relatives à leur présence dans les postes de décision, à un moment où le Rapport Mondial sur la Population 2006, reconnaît l’apport considérable des ressources féminines dans le développement international.

A l’occasion de la Journée Internationale des femmes, le 8 mars 2006, le Chef de l’Etat s’était engagé à faire appel à plus de femmes lors de prochaines nominations. Cette promesse n’a pas été tenue.

FANM YO LA, tout en invitant le gouvernement à reccourir dans le futur aux ressources féminines disponibles, demeure persuadée que la construction d’ une Haïti moderne, juste et equillibree, ne peut se faire sans l’apport décisif des femmes.

Port-au-Prince, le 11 septembre 2006

Lisa FRANCOIS
Directrice Exécutive