La production littéraire en Haïti, un véritable attrait international

P-au-P, 30 juin 06 [AlterPresse] --- Haïti est l’un des pays des Amériques, dont la production littéraire a attiré et continue d’attirer les gens de toutes les régions du monde : tel est le constat de l’écrivain et géographe canadien Jean Morisset.

En visite en Haïti, dans le cadre du 4e forum transculturel d’art contemporain organisé à Port-au-Prince, en ce mois de juin 2006, sous les auspices de la Fondation AfricAmérica, Jean Morisset estime que la production littéraire d’Haïti est extrêmement riche.

« C’est l’une des plus grandes productions littéraires de tous les pays des Amériques. à€ Montréal, il y a une brochette d’écrivains haïtiens qui produisent énormément », dit-il dans une interview exclusive à l’agence en ligne AlterPresse.

Le géographe soutient que malgré ses différents problèmes, Haïti occupe une position de choix au Québec avec sa pléiade d’écrivains.

« J’ai toujours vu une présence haïtienne tellement forte dans les maisons d’éditions (...) Mémoire d’Encrier que dirige Rodney St-Eloi et le Centre International de Documentation et d’Information Haïtienne, Caribéenne et Afro-Canadienne (CIDIHCA). Le président de l’Union des Ecrivains Québécois est un Haïtien d’origine qui s’appelle Stanley Péan », précise Jean Morisset, indiquant qu’ « on ne saurait jamais imaginer si un Haïtien pourrait devenir président de l’Union des Ecrivains Québécois. »

Selon Morisset, il y a des gens qui ne connaissent Haïti que par la littérature. « Il y a une demande énorme pour connaître Haïti », affirme-t-il.

Attirer le tourisme par la littérature n’est pas la solution. Car, selon lui, la littérature est plus que le tourisme.

« Je connais de nombreux jeunes au Québec qui sont venus en Haïti parce qu’ils ont entendu Anthony Phelps lire ‘’Mon Pays que Voici’’. En écoutant une seule fois ‘’Mon Pays que Voici’’, ils ont décidé de venir en Haïti, tellement ils ont été attirés », raconte-t-il.

C’est la troisième participation de l’écrivain et géographe canadien, Jean Morisset, au forum transculturel d’art contemporain, tenu cette année en Haïti du 15 au 30 juin. D’ici à 2008, Morisset compte publier un poème qui sera écrit à partir de la cartographie d’Haïti.

« Mon projet, d’ici 2008, c’est de transcrire les noms qui sont sur les vieilles cartes d’Haïti, parce qu’aujourd’hui on n’imprime plus de cartes », annonce-t-il.

Ce qui intéresse Morisset le plus, c’est la façon dont les noms étaient déposés sur les cartes. « Il y a beaucoup d’informations sur ces vieilles cartes-là  ».

« Ce n’est pas une carte d’Haïti que je vais réaliser », précise-t-il, tout en ajoutant qu’il va utiliser les noms sur les vieilles cartes d’Haïti « pour les transformer en un grand poème : c’est ça mon projet ».

Jean Morisset a déjà publié deux recueils de poèmes, dont le premier de 500 pages a été édité par les Editions du CIDIHCA à Montréal.

Le premier séjour de Morisset en Haïti remonte dans les années 1980 sous la dictature de Jean-Claude Duvalier. Le géographe et écrivain canadien se souvient de la visite du Pape Jean-Paul II en Haïti le 9 mars 1983.

Cette visite « était un bon présage pour Haïti et un mauvais pour Jean-Claude parce qu’il avait dit qu’il faut que ça change », rappelle-t-il, tout en soulignant que « le chef religieux d’Haïti, c’était Jean-Claude Duvalier.

« C’est un condominium religieux entre Haïti et le Vatican. Depuis l’indépendance, il y a une entente entre la France, le Vatican et Haïti. Papadoc était aussi le chef religieux d’Haïti », renforce-t-il.

Né à Belle-Chasse (Canada), Jean Morisset a fait des études en géographie aux Etats-Unis d’Amérique et en Angleterre. Il a milité pour de nouveaux rapports entre la France et les autochtones canadiens dans les années 1965.

Jean Morisset est l’auteur de trois livres sur le Grand Nord. En 2000, il a publié des essais sous le titre « Amériques aux éditions de l’Hexagone ». Ayant été associé à différents projets de films dans les milieux autochtones, Jean Morisset vient de publier chez Leméac-Actes Sud Chants polaires, recueil de poésie et de photographies.

Il est membre du Collectif AfricAmérica de Montréal et participe depuis 2002 à tous les forums.

Jean Morisset a profité de cette interview à AlterPresse pour confirmer sa participation à un colloque des écrivains qui se tiendra à Jacmel (Sud-Est d’Haïti) en novembre 2006. Ce colloque est une initiative de l’universitaire haïtien Edgard Gousse. [do rc apr 30/06/2006 11:15]