Nations-Unies : Nouvelle ère pour les droits humains, selon Kofi Annan

P-au-P, 19 juin 06 [AlterPresse] --- Une ère nouvelle a commencé pour l’action de l’Organisation des Nations Unies dans le domaine des droits humains, déclare lundi (19 juin 2006) à Genève, le Secrétaire général de l’Organisation des Nations Unies (ONU), le Ghanéen Kofi Annan.

Le haut responsable de l’ONU a fait cette déclaration à l’occasion de la session inaugurale du Conseil des droits humains, nouvel organe de l’ONU chargé de promouvoir et défendre le respect des libertés fondamentales, suivant les informations parvenues à l’agence en ligne AlterPresse.

« Tous les membres du Conseil sont, j’en suis sûr, à la fois conscients, des espoirs qui ont ainsi été créés, et déterminés à ne pas les décevoir », affirme le Secrétaire général.

« Ils devraient l’être, en tout cas, car, quand ils se sont portés candidats à un siège au Conseil, ils ont tous pris l’engagement de respecter les droits humains chez eux et de les faire respecter ailleurs », soutient-il.

Annan ajoute que l’Assemblée générale a bien dit que les membres devraient observer les normes les plus strictes en matière de promotion et de protection des droits humains, coopérer pleinement avec le Conseil et se soumettre au mécanisme d’examens périodiques universels pendant leur mandat.

« Pour l’instant, le Conseil est un organe subsidiaire de l’Assemblée générale. Mais, d’ici à cinq ans, l’Assemblée en réexaminera le statut », indique le secrétaire général de l’Organisation des Nations Unies.

Selon Kofi Annan, le Conseil peut donner à l’ONU, et à l’humanité, la chance de reprendre la lutte pour les droits humains avec une vigueur renouvelée.

Institué par l’Assemblée générale le 15 mars 2006, le Conseil des droits humains est composé de 47 membres, élus le 9 mai.

Les Nations Unies activent le Conseil des droits humains à un moment où les organisations féministes plaident pour l’émancipation et la reconnaissance de la parité Hommes / Femmes.

Au Canada, ce problème est déjà résolu avec le concept de droits de la personne, utilisé en lieu et place des "droits de l’homme".

Des militantes de droits humains ont toujours fait part de leurs préoccupations face au caractère sexiste de certaines organisations oeuvrant dans ce domaine. [do rc apr 19/06/2006 14 :30]