Español English French Kwéyol

Monde - Santé : Partenariat mondial pour une formation accélérée des agents sanitaires

P-au-P, 26 mai 06 [AlterPresse] --- Un nouveau partenariat mondial, qui s’efforcera de remédier à la pénurie d’infirmières, d’infirmiers, de médecins, de sages-femmes et d’autres agents de santé de par le monde, a vu le jour ce 25 mai 2006, informe un communiqué de l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) transmis à l’agence en ligne AlterPresse.

L’Alliance mondiale pour les personnels de santé, dont le secrétariat sera hébergé à l’OMS, devrait « réunir et mobiliser les principales parties prenantes actives dans le domaine de la santé mondiale » dans le but d’aider les pays à améliorer les modes d’organisation, d’éducation et d’emplois de leurs personnels de santé.

Le renouvellement des conditions de travail des professionnels de la santé ainsi que la conclusion d’accords plus efficaces pour gérer leur migration font partie des problèmes urgents, entre autres approches pratiques, à aborder par le nouveau partenariat appelé à « servir également de centrale d’information internationale et d’organe de surveillance ».

Un des objectifs poursuivis consiste à initier un programme de formation accélérée, destiné à augmenter rapidement le nombre des agents de santé qualifiés dans les pays frappés par la pénurie, indique l’OMS rattachant la mise sur pied de l’alliance mondiale aux demandes faites par les Chefs d’Etat africains, le groupe des pays les plus riches de la planète (G-8) et l’Assemblée mondiale de la Santé.

Parmi les stratégies envisagées dans le cadre de la nouvelle alliance mondiale en santé, l’OMS mentionne la mobilisation d’un soutien financier direct aux institutions de formation sanitaire (sur un modèle analogue à celui de l’initiative accélérée d’éducation pour tous), la mise en place de partenariats de formation entre les écoles des pays industrialisés et celles des pays en développement.

Le développement d’une nouvelle génération de cadres universitaires dans les pays en développement, l’élaboration d’approches novatrices de l’enseignement dans ces pays et la fourniture d’une assistance, par la création d’équipes de planification dans chaque pays confronté à une crise en agents de santé, sont aussi entrevus par les promoteurs de ce nouveau partenariat mondial en santé.

Haïti figure parmi 57 pays, dont 36 en Afrique subsaharienne, qui souffrent d’une pénurie aiguëen personnel de santé, mentionne le rapport 2006 de l’OMS publié au début du mois d’avril dernier.

Pour remédier à cette situation, l’OMS croit qu’il faudrait faire appel, de toute urgence, à plus de 4 millions de médecins, infirmières, infirmiers, sages-femmes, gestionnaires et agents de santé supplémentaires, dans les pays affectés considérés par l’agence onusienne.

L’OMS a établi que le seuil de densité des dispensateurs de soins compétents était de 2.3 pour 1000 habitants, répartis de façon à ce que, pour le moins, 80 % de la population puisse bénéficier des prestations d’un personnel qualifié pour les accouchements et la vaccination des enfants.

L’Alliance mondiale mise sur pied, à la fin du mois de mai 2006, s’efforcera d’encourager les pays à réaliser le plan d’action décennal relatif aux personnels de santé, énoncé dans le Rapport sur la santé dans le monde, 2006 - Travailler ensemble pour la santé.

La Norvège a fait don de US $3.5 millions pour financer les opérations de l’Alliance au cours de sa première année. Les Gouvernements du Canada, de l’Irlande et de la Suède ont fourni un capital d’amorçage pour sa mise en route.

« En Haïti, la situation des ressources humaines est très compliquée, parce qu’il y a très peu de médecins, tous concentrés à Port-au-Prince. Les infirmières professionnelles sont peu nombreuses, les problèmes sont très complexes », estimait la docteure Mirta Roses Periago, en marge de sa visite à Port-au-Prince à l’occasion de l’investiture du président René Garcia Préval le 14 mai 2006.

La directrice régionale de l’Organisation Panaméricaine de la Santé / Organisation Mondiale de la Santé (OPS/OMS) se déclarait très intéressée à aider le pays à renforcer son personnel sanitaire. [do rc apr 26/05/2006 18:00]