Haiti-Préval-2006 : Le nouveau président prône le dialogue et la paix

P-au-P., 14 mai. 06 [AlterPresse] --- Le nouveau président haitien René Garcia Préval (14 mai 2006 - 7 février 2011) a prôné une nouvelle fois le dialogue et la concertation en vue de renforcer la paix, dans son premier discours à la nation prononcé uniquement en créole, suite à son investiture ce 14 mai à Port-au-Prince.

« Nous devons faire la paix, il faut qu’on se parle », a lancé René Préval à la foule réunie face au palais présidentiel, en présence des plus hautes autorités de l’Etat, de chefs de partis politiques et de centaines d’invités internationaux et représentants de divers secteurs.

Préval invite les Haitiens à « renforcer le dialogue, pour renforcer la paix », car « la paix est la clef », qui ouvre les portes à l’emploi, le tourisme, les infrastructures routières, l’éducation, la santé et la production nationale, indique-t-il.

Le nouveau président haitien suggère à la population de prendre en exemple les héros de l’indépendance haitienne (1804) « pour que la paix puisse déboucher sur une Haiti sans troupes étrangères ».

Après avoir « effectué un grand pas à travers les élections », il est maintenant nécessaire que le peuple haitien assume ses responsabilités par rapport à l’avenir d’Haiti, souligne René Préval.

« La solution des problèmes du pays est entre nos mains », dit Préval estimant que les organisations internationales ne pourront pas assumer les responsabilités des Haitiens.

Cependant, la mission de la Force onusienne en Haiti n’est pas encore terminée, a fait remarquer Préval après avoir salué les efforts des dirigeants de la transition et de la communauté internationale qui ont pu surmonter la crise des deux dernières années.

Le chef suprême de l’Etat a réitéré son souhait de voir, en lieu et place des chars de la Mission onusienne, des bulldozers, tracteurs et loaders dans les champs et dans les rues, pour construire des routes et des infrastructures rurales.

« Les chars ne sont plus nécessaires », affirme Préval précisant que le mandat du chilien Juan Gabriel Valdes, représentant spécial du Secrétaire Général des Nations Unies, prend fin contrairement à celui de la Mission des Nations Unies pour la Stabilisation d’Haiti (MINUSTAH).

Au début de son discours, Préval a mentionné la participation massive du peuple haïtien aux élections du 7 février en rappelant les difficultés engendrées par les élections précédentes.

Préval a prononcé son discours après avoir passé en revue les différents corps de la police nationale, pour laquelle il a souhaité la poursuite de l’encadrement des Forces onusiennes.

Comme au Parlement et ensuite à la Cathédrale de Port-au-Prince, plusieurs hautes personnalités, dont le Premier Ministre Gérard Latortue, des ministres du gouvernement, le président de l’Assemblée Nationale et des chefs de partis politiques, ont pris part à la cérémonie.

On a également noté la présence de la gouverneure générale du Canada, Michaelle Jean, d’origine haïtienne, du chef de la Mission onusienne, Juan Gabriel Valdes, et des membres du corps diplomatique.

Des responsables politiques, interrogés sur place par l’agence en ligne AlterPresse, ont affiché leur disposition à collaborer avec l’administration de René Préval.

Les anciens canditats à la présidence, Paul Denis, de l’Organisation du peuple en lutte (OPL), Serge Gilles, de la Fusion des Sociaux-démocrates, ont dit à un reporter d’AlterPresse qu’ils sont prêts à appuyer les actions du nouveau président. [gp do apr 14/05/2006 16:00]