Haïti - Justice : Comparution en Cour d’appel des inculpés du massacre du 11 février 2004

P-au-P, 8 mai 06 [AlterPresse] --- L’audition des inculpés, ayant interjeté appel contre l’ordonnance du juge d’instruction chargé du dossier du massacre de la Scierie (Saint-Marc le 11 février 2004), se déroule ce 8 mai 2006 à la Cour d’appel des Gonaïves, à 171 kilomètres au nord de Port-au-Prince.

Selon les informations parvenues à AlterPresse, d’anciens dignitaires de l’ex-régime Lavalas de Jean-Bertrand Aristide, dont Yvon Neptune, Calixte Delatour et Amanus Mayette, figurent parmi les prévenus.

Ancien Premier Ministre d’Aristide, Yvon Neptune s’est présenté, à la cour d’appel des Gonaïves, allongé sur une civière avec un brassard vert à la main.

L’ex-chef du gouvernement Lavalas est inculpé dans le massacre, le 11 février 2004, d’une cinquantaine de personnes dans la localité de la Scierie (Saint-Marc) à 96 kilomètres au nord de la capitale.

Une ordonnance, rendue en automne 2005 par la juge Cluny Pierre Jules, évoque l’inculpation de 30 personnes dans ce dossier.

Après analyse, 14 de ces prévenus ont interjeté appel contre l’ordonnance. Ne faisant pas partie de ces inculpés allés en appel, Yvon Neptune a été autorisé à se rendre aux Gonaïves, ce 8 mai 2006, dans le cadre de cette audience.

L’avocat des victimes, Samuel Madistin, dénonce cette décision de la Cour tout en précisant que « les inculpés qui n’ont pas interjeté appel sont, au regard de la loi, réputés satisfaits de l’ordonnance en attente de jugement et ne sont pas concernés par l’audience de la Cour d’appel ».

Le juriste dit craindre une manœuvre de la part des autorités haïtiennes et de la communauté internationale pour tenter de « blanchir Yvon Neptune ».

Pierre Espérance du Réseau National de défense des droits humains (RNDDH) va dans le même sens.

« Il est clair que Yvon Neptune n’a pas interjeté appel, ce qui veut dire qu’il était d’accord avec l’ordonnance », dit-il.

Marie Yolène Gilles du RNDDH et Marthe Pierre de la Plate-forme haïtienne de défense des droits humains (POHDH) suivent l’audience du 8 mai à la Cour d’appel des Gonaïves. [do rc apr 8/05/2006 14:30]