Haïti - Coopération : Prochains pourparlers sur des fonds européens pour 2008-2013

P-au-P, 08 avril 06 [AlterPresse] --- Au-delà des 300 millions d’euros engagés ou en cours d’engagement en Haïti, l’Union Européenne (UE) se déclare disposée à entamer des discussions sur la programmation 2008 - 2013 disponible du Fonds Européen de Développement (FED), avec les prochaines autorités, qui seront issues des législatives du 21 avril 2006, apprend l’agence en ligne AlterPresse d’un communiqué de la délégation de l’UE accréditée dans le pays.

« La Commission Européenne restera engagée aux côtés du peuple haïtien et de ses autorités pour appuyer le processus de démocratisation, ainsi que la reconstruction et le développement du pays ; mais il convient également que les acteurs politiques fassent preuve de bonne volonté et s’engagent résolument, d’une façon continue et sans ambiguïté, dans ce processus ».

Tel est le message adressé au Premier Ministre intérimaire Gérard Latortue et au président élu René Garcia Préval, par l’italien Stefano Manservisi, Directeur Général de la Direction du Développement de la Commission Européenne en visite dans le pays ce 8 avril.

A l’issue du séminaire régional, déroulé début avril 2006 à Santo Domingo entre les ministres des quinze pays du CARIFORUM et l’Union Européenne sur la coopération stratégique régionale pour la période 2008-2013, Manservisi a tenu à renouveler la détermination de l’UE à poursuivre sa contribution aux efforts de reconstruction en Haïti. Manservisi a eu des échanges informels avec Latortue et Préval sur les perspectives qui se dessinent aujourd’hui dans le pays, avec la réalisation des prochaines législatives.

« Au moment où Haïti entre dans une nouvelle phase de son Histoire, il est essentiel que toutes les forces politiques et sociales dialoguent dans un esprit de réconciliation nationale et que soit mis en place un mode de gouvernement associant toutes les forces de la Nation, afin d’assurer la stabilité économique et sociale nécessaires au développement du pays », a souhaité Stefano Manservisi, exprimant la confiance de la Commission Européenne pour la poursuite du processus de démocratisation, sous l’impulsion du futur président "afin de consolider la stabilisation et de poursuivre la reconstruction du pays ».

Rappelant l’importance du second tour des législatives, prévu pour le 21 avril 2006, le Directeur de la Direction du Développement de l’Union Européenne a formé le vœu que leur réussite consolide les mécanismes de mise en place d’institutions fortes et stables dans la république caraïbe.

Manservisi se félicite de la mobilisation importante de la population qui a pu exercer le droit de choisir ses futurs dirigeants, « malgré les problèmes techniques et logistiques ayant marqué l’organisation du scrutin » présidentiel et législatif du 7 février 2006.

« Ces élections [NDLR : du 7 février] constituent un pas en avant important dans le processus de retour à une démocratie apaisée », estime-t-il.

Figurant parmi les principaux bailleurs de fonds en Haïti, l’Union Européenne accompagne présentement le pays dans le cadre d’actions de développement de l’ordre de 294 millions d’euros, correspondant à des montants déjà décaissés ou en cours de validation, et « n’étant susceptibles d’aucun retrait » en ce qui a trait à l’engagement de l’UE, a confirmé à AlterPresse un responsable de la Délégation.

Après avoir alloué des fonds à la réhabilitation des routes Cap-Haïtien / Ouanaminthe (ville frontalière avec Dajabon, République Dominicaine, Nord-Est d’Haïti) et Mirebalais / Hinche (Plateau Central), dont les travaux ont été respectivement lancés en mars et avril 2006, l’UE a promis cette semaine de compléter son apport pour la réfection de Mirebalais / Hinche d’ici la fin de l’année en cours. [rc apr 08/04/2006 17 :00]