Español English French Kwéyol

Haïti : Produits pétroliers en hausse

P-au-P, 29 mars 06 [AlterPresse] --- L’essence (gazoline 91 et 95 octane) a subi une nouvelle hausse de plus de 10% sur le marché national d’Haïti, ont constaté les consommateurs dans la capitale Port-au-Prince.

Après la gazoline 91 qui est passée la semaine dernière de 159 à 179.00 gourdes le gallon (US $ 1.00 = environ 45 gourdes), la gazoline 95 vient de connaître une nouvelle hausse à la pompe, où elle est débitée, depuis le 28 mars, à 184.00 contre 165 gourdes auparavant.

Les prix du gasoil (utilisé par la plupart des véhicules de transport public) et du kérosène (combustible domestique en usage chez la plupart des ménages du pays) n’ont pas changé, les cours étant respectivement de 109 et 110 gourdes, suivant les observations faites par l’agence en ligne AlterPresse.

Déjà , chauffeurs de taxis, qui se servent surtout de l’essence (gazoline 95 et gazoline 91) commencent à avoir des frictions avec les passagers qui ne veulent pas débourser 25 gourdes au lieu de 20, le tarif officiel jusqu’à date.

Cette nouvelle augmentation des prix des produits pétroliers inquiète les différents agents économiques qui s’attendent à des effets multiplicateurs sur les prix des biens essentiels.

Le gouvernement intérimaire n’a ni pipé mot sur la nouvelle hausse enregistrée sur le marché national, ni indiqué les dispositions envisagées pour faire baisser le coût de la vie sans cesse élevé ces derniers mois.

Rien ne filtre sur la recherche d’alternatives, apparemment possibles avec l’accord pétrolier dénommé PetroCaribe, conclu entre le Venezuela et environ une dizaine de pays des Caraïbes, ni avec Trinidad et Tobago qui dispose de raffineries.

Des essais de solution ont été également envisagés avec le Mexique, autre pays producteur de pétrole, sans aucune information à l’endroit des consommateurs haïtiens.

La nouvelle hausse des prix des produits pétroliers survient à un moment où le pays fait face à une carence de distribution en courant électrique public, notamment dans la capitale haïtienne.

Dans une interview accordée à AlterPresse le 27 mars 2006, un des responsables du Collectif d’organisations sociales luttant contre la vie chère , l’universitaire Yves Barthélemy, souligne que ce renchérissement pénalisera les ménages et en particulier les plus pauvres.

Le professeur à l’Université d’Etat d’Haïti préconise la formation d’une commission formée de deux représentants du secteur social, deux du patronat, deux membres du secteur syndical haïtien et un délégué du futur gouvernement aux fins de plancher sur la question dans l’intérêt de tous.

Yves Barthélemy rappelle que le Collectif a acheminé en ce sens une correspondance au président élu Haïtien René Préval le 21 mars 2006. Le Collectif attend à ce jour, a-t-il ajouté, la réponse du futur locataire du Palais présidentiel haïtien.

Le Collectif lie, par ailleurs, la présence de représentants d’associations patronales aux côtés de René Préval lors de sa récente tournée latino-américaine à la volonté du Patronat haïtien de tirer profit du programme Petrocaribe du gouvernement de Hugo Chavez. [rc apr 29/03/2006 16 :00]