Español English French Kwéyol

Haiti - Elections : Le CEP nie toute fraude

P-au-P., 14 févr. 06 [AlterPresse] --- Le Conseil Electoral Provisoire (CEP) a nié qu’il y ait des fraudes dans le cadre des élections présidentielles et législatives du 7 février dernier.

Dans une entrevue accordée à AlterPresse, le secrétaire général du CEP, Rosemond Pradel, a affirmé que l’organisme électoral « n’a commis aucune fraude » et qu’il est disposé à terminer le comptage des votes pour publier les résultats définitifs des élections.

« Nous avons la conviction qu’une fraude massive ou des erreurs grossières entachent le processus », a affirmé ce 14 février le candidat de la plate-forme Espoir, l’ex-président René Préval, dans un point de presse à Péguy-Ville (péripérie est de la capitale).

« S’il y avait une fraude, elle aurait été commise dans les bureaux de votes en présence des représentants des partis politiques », a déclaré Pradel. Il a expliqué que le travail du CEP à l’heure actuelle est « uniquement d’effectuer le décompte des voix à partir des procès-verbaux » reçus au centre de tabulation à Port-au-Prince.

Pradel qualifie les accusations de fraude de la part du candidat René Préval de « prématurées », tout en admettant que des « erreurs » aient pu se glisser dans les opérations qui se réalisent au centre de tabulation, parce que « l’erreur est humaine ».

Le conseiller informe que « quelques procès-verbaux » ne sont pas parvenus au centre de tabulation. « Ils ont été incendiés ou déchirés là où il y a eu des troubles » durant la journée électorale, explique-t-il.

A propos de la quantité de votes blancs, jugée très élevée (pour le moment 85.290), et qui exerce une pression à la baisse sur le pourcentage réalisé par chaque candidat, Pradel souligne que c’est une situation qui est prévue par le décret électoral. « S’il y a des votes blancs, nous ne sommes pas responsables », déclare-t-il. « C’est ce que disent les procès-verbaux », ajoute-t-il.

Pradel rappelle que chaque candidat a la possibilité de contester les résultats qui seront publiés. Ils auront, dit-il, à produire des « éléments de preuve ».

Par ailleurs, le secrétaire général du CEP indique que le comptage a cessé, à cause de la situation d’agitation qui existe dans la capitale. « En raison des manifestations et une situation de panique, les employés sont dans l’impossibilité de se rendre au centre de tabulation », soutient-il.

Il reste environ 600 procès-verbaux à traiter avant de pouvoir publier les résultats définitifs des élections, ce qui représente "une journée de travail", précise Rosemond Pradel.

Le calme est revenu à la capitale après des agitations qui ont débuté le 12 février. Des milliers de partisans de Préval n’ont pas cessé de réclamer la publication des résultats définitifs du scrutin devant proclamer leur leader, président d’Haiti.

A la dernière actualisation du décompte des votes, le 13 février, Preval obtient 48.76%, l’ancien président Leslie Manigat, du Rassemblement des Démocrates Nationaux Progressistes (RDNP), 11.83% et le candidat indépendant Charles Baker, 7.93%. [gp apr 14/02/2006 18:00]