Haïti - Élections : Justice et paix se réjouit, mais relève des failles

P-au-P, 10 févr. 06 [AlterPresse] --- La Commission Episcopale Nationale Justice et Paix salue le succès des élections haïtiennes en terme de participation et appelle les autorités concernées à corriger les failles observées.

Dans une note transmise à l’agence AlterPresse, l’organisme de défense de droits humains de l’église catholique indique qu’il est du devoir de l’Etat haïtien d’organiser des élections crédibles, honnêtes et transparentes allant dans le sens des intérêts communs de la nation et de la dignité de tous les Haïtiens.

Tout en félicitant le peuple haïtien pour avoir participé massivement à ce double scrutin présidentiel et législatif, la Commission Justice et Paix dénonce des incidents, faiblesses et irrégularités qui entachent partiellement la journée du vote du 7 février 2006.

Selon Justice et Paix, de graves incidents ont marqué les opérations de vote dans certaines régions du pays. A Martineau, section communale de Lachapelle dans le département de l’Artibonite, le candidat à la députation sous la bannière de la plate-forme « Latibonit an Aksyon » (Artibonite en Action) et son rival du parti Fusion des sociaux-démocrates en sont venus aux mains.

Dans d’autres régions, de nombreux dérapages ont été enregistrés. A Saint Louis du Nord (nord-ouest d’Haïti), Aquin (sud d’Haïti) et Gonaïves (nord d’Haïti), des jets de pierre ont été lancés contre la population.

L’organisme rapporte que des bulletins de vote ont été déchirés à Grande Saline dans le département de l’Artibonite à l’issue d’une altercation entre deux candidats et des partisans d’un parti politique qui avaient le contrôle d’un bureau de vote.

A Chambellan dans le département de la Grand’Anse, souligne Justice et Paix, des partisans du parti Fusion ont incendié un bureau de vote le jour du scrutin. A Bombardopolis, dans le Nord-ouest du pays, des proches du Mouvement pour la Reconstruction Nationale (MIRN), de l’Alliance Démocratique, de la plate-forme Espoir et de l’Union, ont mis le feu aux matériels de vote.

Dans la ville des Cayes, des membres du centre de vote placé au Lycée Philippe Guerrier ainsi que des mandataires de partis politiques ont rempli les formalités de vote pour les électrices et électeurs analphabètes, révèle la commission Justice et Paix.

« Malgré certaine limite constatée au niveau du processus électoral, le peuple haïtien prouve qu’il est en mesure de participer au changement véritable de son pays », écrit Justice et Paix.

Par ailleurs, la commission estime que ces élections traduisent l’importance de la Carte d’Identification Nationale (CIN) pour tous les citoyens haïtiens indistinctement.

« C’est une nécessité et une fierté pour tous les citoyens. Mais des efforts doivent être consentis pour qu’elle devienne un outil valable dans la gestion normale du pays », soutient-elle.

La Commission Episcopale Justice et Paix affirme que les partis politiques ont la lourde responsabilité, devant l’histoire et devant le peuple haïtien, d’accepter les résultats de ce double scrutin.

« Les élections restent la seule voie d’accéder au pouvoir dans un Etat démocratique. C’est le seul moyen dont dispose le peuple pour choisir ses dirigeants », poursuit Justice et Paix.

L’organisme appelle les autorités électorales à adopter les mesures nécessaires pour que les failles relevées au niveau des présidentielles et législatives ne se reproduisent jamais plus à l’occasion d’élections en Haiti. [do apr 10/02/2006 12:30]