Español English French Kwéyol

Haiti : Deux missionnaires français séquestrés

Investigations et opérations policières en cours

P-au-P., 26 janv. 06 [AlterPresse] --- Deux missionnaires français, une religieuse et un prêtre, ont été enlevés en compagnie de deux haïtiens, non loin du bidonville de Cité Soleil (nord de Port-au-Prince), réputé bastion de gangs armés, a appris AlterPresse ce 26 janvier.

« Les cellules anti-enlèvement de la Police haïtienne et de la Force ONUsienne sont au courant et poursuivent leurs investigations », a confié à AlterPresse le chef d’information de la Mission des Nations Unies pour la Stabilisation d’Haiti (MINUSTAH), David Wimhurst sans plus de précision.

Généralement, ces genres de rapts conduisent à des négociations dans lesquelles sont impliquées les forces de sécurité, a pour sa part indiqué, comme pour rassurer, le porte-parole de la Police Haïtienne, Frantz Lerebours.

Les missionnaires enlevées revenaient de Verrettes, une localité du nord d’Haïti. Ils étaient rentrés au pays il y a quelques jours.

Après un pic de 241 rapts enregistrés en décembre dernier, une certaine baisse a été relevée au cours de la première quinzaine de janvier avec seulement une trentaine de cas.

Ce nouveau cas spectaculaire annoncerait-il une nouvelle tendance à la hausse à onze jours du premier tour des élections présidentielles et parlementaires ?

La MINUSTAH et la police ont pourtant annoncé plusieurs opérations pour ramener la sécurité à Port-au-Prince.

Plus d’une vingtaine d’individus ont été mis aux arrêts par des soldats onusiens lors d’une opération conjointe de casques bleus et d’agents de la Police Nationale d’Haïti (PNH), a appris AlterPresse ce 26 janvier 2006.

« Les troupes militaires et les UNPol conduisent jour et nuit des opérations, des points de contrôle fixes et mobiles, des patrouilles en véhicules ou à pied, ainsi que des opérations de recherche », déclare à la presse Sophie Boutaud de la Combe, membre du bureau de communication de la MINUSTAH.

Selon Sophie Boutaud, sur les deux derniers jours, soit les 24 et 25 janvier, la force militaire de l’Onu a appréhendé 21 suspects dans le cadre de l’opération conjointe de recherche menée à Grand Ravine (quartier volatile situé au sud-est de Port-au-Prince).

« La force militaire et la police internationale de la MINUSTAH travaillent continuellement à stabiliser les derniers quartiers du pays où la sécurité des citoyens continue de souffrir les attaques criminelles des gans armés », rassure la fonctionnaire des Nations Unies.

Sophie Boutaud de la Combe rappelle que dans les quartiers fragiles de Bel-Air et de Grand Ravine, les opérations des casques bleus sont menées avec succès grâce à la collaboration de la population.

« Il s’agit d’un nouveau succès pour la MINUSTAH dans son mandat de stabilisation de la situation sécuritaire et de support de la PNH », se réjouit-elle.

Parallèlement, une opération menée le 23 janvier à Sarthe (banlieue nord de Port-au-Prince) par l’entité anti-kidnapping de la UNPol a permis l’interpellation d’un suspect, affirme pour sa part Marc Jacquet, porte-parole de cette entité.

Jacquet ajoute que ces opérations se poursuivent dans d’autres quartiers de Port-au-Prince, dont Thomassin (est de la capitale) à la recherche de gangs armés et d’otages.

Il a également fait part de l’ « Opération Bonjour » mise en place pour aider la population à faire face aux bandits qui sèment la terreur dans le pays. [vs do gp apr 26/01/2006 18:30]