Perspectives

Scruter le scrutin

Haïti - Élections : Tout est fin prêt, selon Jacques Bernard

Est-ce que tout ceux qui le souhaitent pourront voter ?
vendredi 20 janvier 2006

P-au-P, 20 janv. 06 [AlterPresse] --- Les autorités électorales haïtiennes ont réalisé, ce 20 janvier 2006, une démonstration de vote symbolique dans un bureau au siège du Conseil Electoral Provisoire (CEP) aux fins de prouver que les élections pourront se dérouler aux dates retenues, a constaté AlterPresse.

« Tout est fin prêt pour que les élections se déroulent aux dates retenues », déclare, Jacques Bernard, Directeur général du CEP à l’occasion de cette démonstration.

Selon Jacques Bernard, la sécurité de la journée électorale sera assurée par les soldats de la Mission des Nations Unies pour la Stabilisation en Haïti (MINUSTAH) et les agents de la Police nationale d’Haïti (PNH).

« La MINUSTAH va mobiliser tous ses matériels roulants, y compris hélicoptères, pour assurer le transport des équipements électoraux », précise le Directeur général de l’institution électorale.

Bernard indique que le jour du vote, le transport des électeurs, dont les bureaux de vote sont très éloignés, sera pris en compte par les autorités concernées.

Les journalistes, présents en la circonstance, ont assisté à une simulation de votes pour les postes de président, sénateur et député.

Selon la formatrice Elizabeth Deetjen, chaque urne contiendra 400 bulletins de vote et le temps imparti à chaque votant ne dépasse pas 6 minutes.

« Tous les bulletins seront comptabilisés, y compris les bulletins valables, nuls et non utilisés », prévoit Deetjen.

Des listes d’électeurs avec à côté les photos de chaque votant ont été présentées à la presse. Elizabeth Deetjen, qui travaille pour le compte de la MINUSTAH et du CEP, affirme que toutes les dispositions seront prises pour diminuer la marge d’erreur lors de la tenue des élections.

Après le vote symbolique, une simulation de dépouillement a également eu lieu. Elizabeth Deetjen estime que « c’est la phase la plus importante et la plus longue du processus de vote ».

Le procès-verbal de la journée sera dressé après les opérations de dépouillement.

Le directeur général du CEP soutient que tous les procès-verbaux seront plastifiés avant d’être acheminés aux plus hautes instances responsables, et une copie sera affichée dans chaque bureau de vote.

« Il n’y a aucune possibilité de modifier les procès-verbaux car ils seront enfermés dans des autocollants », rassure Jacques Bernard tout en précisant que les membres de la MINUSTAH n’auront aucun droit sur le matériel qu’ils transporteront.

« C’est le CEP qui entrera en possession physique des procès-verbaux », a-t-il dit.
Des copies de « procès-verbaux seront remises aux partis politiques ayant le plus grand nombre de voix ».

« C’est une façon de dire qu’il n’y aura aucune possibilité de fraude », réaffirme Jacques Bernard d’un ton ferme.

Si l’autocollant en plastique recouvrant le procès-verbal est déchiré, un nouveau décompte des bulletins du bureau en question sera effectué afin de réparer la faute, déclare Jacques Bernard.

Plus de 9200 bureaux de vote seront répartis dans 804 centres de vote à l’occasion du scrutin du 7 février 2006, informe le CEP,

« Presque chacune des sections communales possède son propre centre de vote, à l’exception de 31 d’entre elles qui se trouvent dans des régions où la densité de la population est très faible », précise le CEP.

La date du 21 janvier 2006 est retenue pour la clôture du processus de distribution de Cartes d’Identification Nationale (CIN). Passé ce délai, le CEP informe que les citoyennes et citoyens pourront retirer leurs cartes dans les Bureaux Electoraux Communaux (BEC) de leur commune respective.

Mais, AlterPresse a constaté dans plusieurs centres de distribution que des cartes dûment réclamées par des citoyens et citoyennes inscrits n’ont pu être délivrées parce que toujours indisponibles, contrairement aux assurances données par le CEP. [do gp apr 20/01/2006 14 : 20]