Haïti / Infrastructures : L’UE signe quatre contrats routiers avec le gouvernement intérimaire

P-au-P, 10 déc. 05 [AlterPresse] --- L’Union Européenne (UE) et le gouvernement intérimaire d’Haïti ont signé, le 8 décembre 2005, quatre contrats pour la construction et la réhabilitation de l’infrastructure routière en Haïti, a constaté AlterPresse.

« La construction de routes est indispensable à tout programme de développement économique », estime le Premier Ministre de transition Gérard Latortue qui s’est réjoui de la signature de ces contrats.

La première convention concerne la réhabilitation et l’aménagement de la route Cap-Haïtien / Dajabon en passant par Ouanaminthe (Nord/Nord-Est d’Haïti).

« Nous savons tous combien ce projet est attendu par la population depuis des mois et, j’ose dire, depuis des années », affirme Marcel Van Opstal, chef de la délégation de l’UE en Haïti.

Ces travaux, qui doivent débuter à partir du mois de janvier 2006, dureront trois ans et se chiffrent à 40,680,000 euros.

« L’entreprise de Génie civil Ghella a remporté l’appel d’offres, lancé pour la construction des 75 kilomètres de route qui séparent Cap Haïtien de la ville frontalière Dajabon », précise Marcel Van Opstal.

Selon le représentant de l’UE, la réhabilitation de cette route représente une première étape importante pour le développement de la côte Nord d’Haïti.

« La route Cap-Haïtien / Dajabon est à la fois la colonne dorsale de la région côtière Nord et un trait d’union avec la République Dominicaine », indique Van Opstal qui invite les autres bailleurs de fonds à supporter les autorités haïtiennes dans ce processus de développement des infrastructures.

Pour financer les travaux dans le Nord et le Nord-Est d’Haïti, l’Union Européenne avait réalisé une étude dans cette région limitrophe à la République Dominicaine.

La construction de cette route va encourager le commerce binational, selon l’économiste Marcel Clodion, qui a conduit l’étude.

« Le passage Dajabon / Ouanaminthe est une véritable plaque tournante des échanges frontaliers. 31% du total des exportations dominicaines vers Haïti passent par cette voie », soutient le gestionnaire social.

L’étude de l’UE touche également la construction de marchés publics dans la zone frontalière. Elle permet de redéfinir les modalités de fonctionnement des marchés de Ouanaminthe et des zones environnantes.

« Le gouvernement dominicain est très enthousiaste à la construction du marché et à la route de Ouanaminthe », renchérit l’ambassadeur dominicain en Haïti, José Serulle Ramà­a.

Le diplomate dit attendre avec impatience la finalisation des travaux de construction de cette route pour faciliter l’accès aux peuples des deux Républiques, qui auront à participer à la deuxième édition de la foire binationale écotouristique et de production, annoncée pour 2006, dans un contexte marqué, depuis mai 2005, par une succession d’actes de violences contre des ressortissants haïtiens résidant sur le territoire dominicain.

Ce point devrait figurer dans l’agenda de discussions entre les présidents haïtien Boniface Alexandre et dominicain Leonel Fernandez, au cours de la visite, de quelques heures, de ce dernier à Port-au-Prince le 12 décembre 2005.

Le deuxième contrat, paraphé entre l’UE et le gouvernement haïtien, porte sur la supervision des travaux de réhabilitation et de l’aménagement du tronçon de route Port-au-Prince (Ouest) / Mirebalais (Centre).

C’est l’entreprise BCEOM qui a remporté l’appel d’offres, pour un montant d’environ 1,500,000 euros. Un troisième contrat de travaux avec l’entreprise ELSAMEX pour un montant de 32,281,0000 euros a été signé par les deux parties.

L’autre événement d’importance de la journée du 8 décembre 2005 concerne la signature d’un premier contrat de subvention pour le Fonds d’Entretien Routier (FER). Selon Marcel Van Opstal, cette première subvention d’un montant de 250,000 euros permet le renforcement du FER au moyen d’une assistance technique.

« Si cet appui se révèle concluant, l’Union Européenne est prête à poursuivre l’appui au Fonds d’Entretien Routier à hauteur d’1,6 millions d’euros », rassure le chef de la délégation de l’UE en Haïti. [do rc apr 10/12/05 10 : 30]